^

Notre classe

Edouard, victime d'un harcèlement long et acharné de la part de la direction de la SNCF qui l’a poussé au suicide

​Un document accablant : la SNCF déjà condamnée pour harcèlement envers Edouard

Depuis samedi matin, les messages affluent sur les réseaux sociaux pour rendre hommage à Edouard Postal, qui s’est suicidé deux jours avant sa mutation forcée par la direction de la SNCF. Les grands médias tentent aujourd’hui de le faire passer pour déséquilibré alors qu’il était en réalité épuisé à cause du harcèlement de la direction à son encontre. Sur les réseaux sociaux, les cheminots ou les amis qui le connaissaient publient hommages, messages de colère et preuves de ce harcèlement, comme ce document qui prouve que la direction de la SNCF avait déjà été condamnée le 19 mars 2015 pour, entre autres, « discrimination syndicale ».

Ce rendu de jugement dit clairement qu’Edouard était victime de harcèlement moral, « les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptibles de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique et mentale ou de compromettre son avenir professionnel », et condamne la SNCF. Ce jugement n’a pourtant pas empêché la direction de continuer de s’acharner sur Edouard. Ce document affligeant montre les intimidations dont Edouard était la cible, par des blâmes, des mises à pied non justifiées et des tentatives d’isolement, en demandant aux autres travailleurs de ne pas s‘approcher de lui. La direction de la SNCF, après avoir cherché à l’isoler, avait entrepris des sanctions disciplinaires à l’encontre d’Edouard. C’est cette situation qui l’a poussé vendredi soir au suicide.




Mots-clés

SUD-Rail   /    Cheminot-e-s   /    SNCF   /    #AssezDeViesBroyées   /    Répression   /    Notre classe