^

Genres et Sexualités

18 choses que Donald Trump a dites sur les femmes

Article initialement paru ici.

Laura Riestra

Les jours ont passés depuis que Trump s’est élancé avec toujours plus de force jusqu’aux portes de la Maison blanche, gagnant tout autant la haine et l’affection des États-Unis et du reste du monde. Ses commentaires continuels sur les latinos et sur les femmes - qui semblent être ses thèmes favoris - ont poussé à ce qu’on dise de lui qu’il est « inexplicablement attaché à des sentiments anti-immigrants, anti-latinos et misogynes », comme l’ont dit récemment deux députés démocrates. Et en effet, tout cela, il l’est. Et ce genre de critiques semble même le motiver et le faire apprécier d’autant plus. De sorte que, que vous le croyez ou non, ces 18 phrases que nous présentons ci-dessous, sont bel et bien sorties de sa bouche.

«  Donner à ta femme des objets de valeur est une terrible erreur.  »
Il a prononcé cette phrase en 1990. Déjà alors, Trump démontrait quelles étaient ses opinions concernant les femmes. Durant une interview avec la revue Vanity Fair, le milliardaire assura que les femmes ne devaient pas avoir d’objet qu’elles pourraient convertir en argent. Pour cette raison, il assura que « jamais » il n’offrit à Ivana (celle qui fut sa première épouse) des bijoux ou œuvres d’art.

« Les femmes sont, par essence, des objets esthétiques agréables.  »
Cette phrase apparaît dans son livre Trump 101, qu’il a publié en 2006, et dans lequel il écrit : « La beauté et l’élégance d’une femme, d’un édifice ou d’une œuvre d’art, est seulement quelque chose de superficiel, ou joli à regarder ».

« Les agressions sexuelles dans l’armée sont quelque chose de totalement prévisible. »
En mai 2013, Trump écrit sur son compte Twitter : « Des 6 000 agressions sexuelles non-rapportées dans les forces armées, seules 238 ont été sanctionnées. Qu’espère-t-on d’autre, si l’on mélange les hommes et les femmes ? ».

«  Les femmes à la télé doivent user de leur « sex appeal ». »
The Apprentice est une télé-réalité de chefs d’entreprise aux États-Unis qui jouaient leur propre rôle. Eh bien, Trump considéra que les victoires des femmes dans le programme n’étaient pas surprenantes, généralement, « c’était dû au fait qu’elles possèdent une belle apparence ».

«  Les mauvaises nouvelles te concernant ne sont pas importantes tant que tu as une épouse sexy. »
Le « bijou » suivant sur les femmes, il l’offrit à la revue Esquire, en 1991 : «  Tu sais, pas la peine d’accorder de crédit à ce qu’écrivent les médias quand tu as à tes côtés un « trésor » jeune et attirant ».

« Si une femme veut être journaliste, elle doit être sensuelle. »
« Si nous étions politiquement corrects, nous pourrions dire que l’apparence ne compte pas. Mais bien sûr que l’apparence est importante
 » déclara-t-il dans le programme Last Week Tonight, et il ajouta en se tournant vers la présentatrice : « Comme si toi tu n’avais pas eu ce travail pour ta beauté  ».

«  Le lait maternel est répugnant. »
C’était en 2011, une avocate qui faisait face à Trump durant un procès demanda une pause pour pouvoir donner du lait à son bébé. Alors, le milliardaire réagit de manière… inattendue : il se leva, devint complètement rouge et en la désignant lui dit : «  Tu es répugnante, tu es répugnante  ». Et il partit en courant.

« Toutes les femmes détestent les accords avant le mariage parce qu’elles veulent épouser des fortunes. »
Dans son livre L’art du retour, publié en 1997, Trump décrivait : «  Dès le début, tu dois dire clairement aux femmes ce qu’il leur restera si les choses tournent mal. Il y a trois types de femmes. La première est celle qui si elle aime vraiment son mari, refuse de signer le contrat pré-nuptial par question de principe. La deuxième est celle qui a déjà tout calculé et qui veut tirer profit de l’idiot avec lequel elle est mariée. La troisième est celle qui accepte le contrat pré-nuptial parce qu’elle préfère rapidement mettre la main sur ce qu’il lui offre ».

«  Pour attraper un homme, les femmes font de grandes performances. »
Également dans le livre L’art de revenir, Trump assurait que la personne qui a défini la femme comme le « sexe faible  » était soit « idiote soit un plaisantin ». « J’ai vu des femmes manipuler un homme uniquement en bougeant ses yeux… ou autre partie de son corps  ».

« Hillary Clinton serait une mauvaise présidente à cause des actions de son mari.  »
Trump aime jouer de critiques envers les Clinton. A travers son compte Twitter, il déclare que si Hillary ne peut pas satisfaire son époux, « comment prétendre pouvoir satisfaire les États-Unis ? ».

« Angelina Jolie est sortie avec trop d’hommes pour être attirante. »
« Angelina Jolie est sortie avec tellement de personnes différentes que je passe pour un débutant. Pour cela elle ne me parait pas attirante  », déclara-t-il lors d’une interview avec Larry King en 2006.

« Bette Miller est une femme extrêmement peu attirante. »
Selon Trump, Bette Miller (actrice et présentatrice télé des États-Unis) est tellement laide que c’en est « offensant ». Le meilleur est qu’il assure qu’elle l’est tant qu’on ne le dit pas pour être « politiquement correct ».

«  Rosie O’Donell est rugueuse, vulgaire, repoussante et idiote. »
La présentatrice Rosie O’Donell est souvent la cible des critiques de Trump. Durant le débat républicain de ce mois d’août il la qualifia d’ «  animal répugnant ».

«  La meilleure partie de n’importe quel film, c’est lorsqu’ils font taire les femmes. »
Dans le livre Nation Trump : L’Art d’Être Donald, le milliardaire déclara que l’un des moments de cinéma qui l’émeut le plus c’est lorsque dans Pulp Fiction, un des personnages en oblige un autre à faire taire sa femme en la menaçant de son pistolet.

«  Vous avez une face de chien. »
Trump insulte également au travers d’articles et ne supporte pas bien la critique. Selon une reporter du New York Times, quand elle écrivit une colonne qui qualifiait le chef d’entreprise de « milliardaire avec des problèmes financiers  », il lui renvoya une copie de l’article avec sa tête marquée d’un « face de chien  ».

«  Cher est seule et c’est une perte. »
Comme dans le cas précédent, quand la chanteuse décida de ne pas le soutenir, le chef d’entreprise posta sur son compte Twitter : « Cher devrait passer plus de temps à se préoccuper de sa famille et de sa carrière agonisante ».

« Les femmes trouvent dans mon pouvoir et mon argent quelque chose de très excitant. »
Quand on lui demanda de se définir lui-même, Trump répondit qu’il était « un homme qui était clair sur ce qu’il voulait et faisait ce qu’il fallait pour l’obtenir sans aucune espèce de limites. Les femmes trouvent que ce pouvoir que j’ai est aussi excitant que mon argent ».

« Que toutes les femmes flirtent avec moi est une chose à laquelle on pouvait s’attendre. 
 »
Dans le documentaire Comment devenir riche, publié en 2004, Trump déclara que toutes les participantes de The Apprentice (émission de télé-réalité) avaient flirté avec lui, «  consciemment ou inconsciemment ». « C’est quelque chose de prévisible », dit-il.