^

Notre classe

Répression syndicale

200 personnes en soutien à Gaël Quirante, délégué SUD à la Poste menacé de licenciement

Convoqué une nouvelle fois au ministère du travail dans une affaire de répression syndicale qui dure depuis plus de 7 ans, un rassemblement était organisé pour soutenir Gaël Quirante, menacé de licenciement pour ses activités syndicales. Le rendez-vous a été reporté au 7 juillet.

200 personnes étaient présentes ce matin devant le ministère du travail pour soutenir Gaël Quirante, encadrées par un détachement de policiers important. Postier dans le 92, délégué SUD, celui-ci subit un véritable acharnement de la part de la direction du groupe depuis plus de 7 ans, dérangée par les activités de ce militant syndical combatif. Mais le contenu du rassemblement était bien plus que celui du simple soutien à Gaël, et les différents intervenants ont tous souligné la répression qui s’abat sur l’ensemble des militants syndicaux combatifs aujourd’hui, à la Poste mais aussi dans les autres secteurs, à l’image de la première intervention de Gaël Wamen. Celui-ci a été suivi notamment par Olivier Besancenot, postier et porte-parole du NPA ; Eric Cocquerel et Danielle Obono, députés France Insoumise ; Eric Beynel, porte-parole de l’Union Syndicale Solidaires ; Yann Le Merer, postier qui a récemment eu gain de cause dans une autre affaire de répression syndicale.
Un acharnement qui est, comme le rappelle Gaël Quirante, "une décision politique". D’abord, parce que c’est l’Etat qui est le principal actionnaire de La Poste, mais surtout parce que l’augmentation de la répression syndicale est en lien direct avec les contre-réformes qui s’accumulent depuis des années, et que Macron prévoit encore davantage de renforcer. Les différents intervenants ont tenu à souligner l’importance de construire une riposte dans la rue, unitaire, un "Tous ensemble" face au nouveau gouvernement, à commencer par les échéances du Front Social à venir les 1er et 14 juillet.
Le rendez-vous du ministère du travail a été reporté au 7 juillet, date à laquelle Gaël Quirante pourrait se voir signifier son licenciement. Il est donc urgent de construire la mobilisation la plus large possible pour dire non à l’acharnement et que Gaël Quirante reste à La Poste.

Nous relayons ci-dessous l’entretien de Gaël Quirante réalisé après le rassemblement :




Mots-clés

La Poste   /    Syndicat   /    Répression   /    Notre classe