^

Politique

Alors que Macron était présent dans la cité phocéenne

21 septembre. Marseille répond « présent ! »

La mobilisation continue dans la cité phocéenne avec une manifestation massive dans le centre-ville au moment où Emmanuel Macron visitait le futur site des Jeux Olympiques.

Moins de dix jours après la démonstration de force du 12 septembre, une nouvelle manifestation massive a déferlé entre le Vieux-Port et Castellane. Comme toujours à Marseille, les estimations chiffrées divergent, 50 000 manifestants selon la CGT, 4 500 selon la police, la vérité oscillant sans doute entre les deux. Il faudrait cependant être aveugles pour ne pas voir le caractère massif dans une ambiance festive.

Comme le 12 septembre, les militants de la CGT composaient la majorité du cortège venus de secteurs différents des ports, des hôpitaux, du site pétrochimique de Fos… Des délégations importantes de la FSU, de SUD, des deux CNT et même de l’UNSA (où la trahison des dirigeants ne passe pas) étaient également présentes. Les organisations politiques, le NPA, LO, le PCF et la FI, fermaient la marche du défilé.

La jeunesse était également présente dans la rue avec une petite délégation de l’UNEF et dans le cortège de tête où se regroupaient les éléments les plus radicaux. Des incidents regrettables ont eu lieu entre le service d’ordre de la CGT et ce cortège de tête où la CGT a utilisé des gaz lacrymogènes et donné des coups contre les autonomes. Si nous ne partageons pas les pratiques du cortège de tête, la répression du service d’ordre rappelle des souvenirs tout aussi condamnables qui se sont déroulés pendant la loi Travail.

La manifestation terminée, la mobilisation s’est poursuivie pour se faire entendre de Macron présent à Marseille pour défendre ce grand projet inutile que sont les Jeux Olympiques de 2024 et a fait face à un imposant dispositif policier pour que le prince ne puisse entendre les revendications du peuple. Au même moment, une assemblée générale avait lieu dans le local de Solidaires pour discuter des suites du mouvement.




Mots-clés

Loi travail 2   /    Manifestation   /    Marseille   /    Politique