^

Société

Vous reprendrez bien une tasse d'arsenic ?

22 produits toxiques dans les sachets de thé : 60 millions de consommateurs sonne l’alerte !

Une étude menée par 60 millions de consommateurs montre que la grande majorité des sachets de thé commercialisés en France contiennent des substances toxiques. Notamment des pesticides mais aussi de l'arsenic ou du mercure.

Au cours de ce mois de novembre, 60 millions de consommateurs a publié une enquête relative à la présence d’éléments toxiques dans des sachets de thé. Ce sont 26 thés qui ont été étudié et qui proviennent de marques connues tel que Lipton, Teatley, King Cole ou Kusmi Tea. L’étude montre que tous ces sachets thés contiennent des pesticides et la trace de 17 produits toxiques. Benjamin Douriez, rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs déclare à Le Parisien : « Ce sont des quantités faibles de pesticides, qui la plupart du temps sont inférieures aux limites autorisés ». Pour autant, quatres marques de thé dépassent les seuils réglementaires.

Les thés bios ne sont pas épargnés par cette enquête. Même s’ils sont moins contaminés que les sachets de thé dits « Classiques », ils contiennent tout de même des substances nocives pour la santé. Par exemple, le thé Marque Repère bio Village est saturé d’anthraquinone au point qu’il présente 4 fois plus de cette substance que les seuils autorisés.

On retrouve aussi des traces de métaux comme le mercure ou l’arsenic qui sont eux-aussi nocifs pour la santé. Des traces de toxines naturelles reconnues comme étant cancérogènes sont aussi retrouvées dans les sachets de Thé selon l’enquête, notamment dans les thés Lipton qui présente fortement de telles toxines. LA raison serait une absence de tri entre ce qui est du thé et ce qui est des mauvaises herbes toxiques lors des récoltes.
Même si les quantités ne sont pas énormes, la consommation de thé est telle que cela n’est pas anodin. En effet, le thé est la deuxième boisson la plus consommée au monde et en France ce sont près de deux français sur trois qui en consomment régulièrement.

Cette révélation frappante nous montre que la recherche d’un profit infini de la part des grands producteurs de thé a des conséquences néfastes pour la santé des consommateurs. Négligeant une forme de tri à la récolte qui s’avère nécessaire et répondant à une « logique productiviste à tout prix ». Ainsi, les thés sont bombardés de pesticides et produits chimiques afin d’augmenter les rendements et éviter des pertes puis ils se retrouvent presque tel quel dans nos tasses.
De plus, on remarque la faiblesse des institutions pour parvenir à imposer des règles de protection de la santé et de l’environnement qui respectent véritablement le consommateur. En effet, les institutions en charge de la protection des consommateurs et censés contrôler les grands groupes industriels sont régulièrement inquiétées pour leur négligence et leurs complaisances à l’égard des multinationales : ce fût le cas de la Haute Autorité de Santé qui a permis la commercialisation du Médiator responsable de nombreuses morts en France. Ou plus récemment, au travers de la décision de l’Union Européenne, gangrénée par le poids des lobbys industriels, de repousser à plus tard l’interdiction de la commercialisation du glyphosate, substance cancérigène intégrée dans l’herbicide Round Up commercialisé par Monsanto. Et dans le cas des sachets de thé, c’est encore une fois une association de consommateur, indépendante, qui tire la sonnette d’alarme et non les autorités qui ont la charge de contrôler la qualité des produits alimentaires. Encore une fois, cette révélation montre à quel point la logique de profitabilité qui est à la base du fonctionnement des entreprises capitalistes se fait au mépris de la santé de la population. Une nouvelle affaire sanitaire, qui met en doute la capacité de ce modèle économique à produire et à nourrir la planète, en respectant la planète et ses habitants.




Mots-clés

multinationales   /    Santé   /    Société