Notre classe

A Latécoère ça repart !

250 ouvriers devant Latécoère contre leur PSE !

Publié le 14 septembre 2016

Alors que le 7 juin la direction du groupe annonçait la suppression de plus de 300 emplois, et que la semaine dernière on apprenait le rachat de la filiale Latécoère Services par le groupe ADF, 250 travailleurs, soutenus par plusieurs étudiants, se sont réunis ce mercredi 14 septembre devant le site de Périole, usine Latécoère à Toulouse. 

Sadek Basnacki

C’est sous la pluie, qui ne suffira pas à entacher la bonne ambiance de l’événement, que les ouvriers se sont rassemblés, à l’appel de la CGT, pour protester contre le PSE que cherche à leur imposer la direction de l’entreprise, et à près de 3 semaines de la fin de la phase des « négociations ». Musique, barbecue, petites collations, prises de paroles ont permis aux ouvriers d’échanger et de s’organiser pour la suite et notamment pour la manifestation du 15 sur Toulouse, où les Latécoère seront en tête de cortège pour visibiliser leur combat. Une action réussie qui a permis de ressouder les liens et de s’armer collectivement dans un contexte où la pression de la fin des négociations se ressent.

Alors même que l’entreprise a fait un chiffre d’affaire de plus de 712 millions d’euros cette année, qui a permis aux membres du CA d’augmenter gracieusement leur salaire, la direction explique qu’il faut « améliorer la compétitivité » et s’« adapter aux besoins de ses clients dans une industrie aéronautique en profonde mutation et un écosystème concurrentiel toujours plus exigeant » pour justifier la mise sur le carreau de près de 300 ouvriers et de leurs familles. Sans compter le démantèlement du site de Latécoère avec la cession de sa filiale Latécoère Services, qui emploie plus de 800 travailleurs. Tout ça dans le cadre de la troisième phase du plan Boost appelée « Transformation 2020 ». Comme toujours face à « la crise » et à la « concurrence », les uns s’en mettent plein les poches quand les autres se voient poussés vers la porte de sortie. Le cas de Latécoère n’est pas isolé, puisque ces dernières semaines de nombreux licenciements, fermetures de site, plans de restructuration, ont été annoncés, qu’on pense à SFR, à Intel, ou dernièrement encore à Alstom qui menace de fermer son site. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter puisque la loi Travail, imposée de force par le 49.3 cet été par le gouvernement, facilite les licenciements et les « négociations » par entreprise.

Pour les Latécoère, il reste encore 3 semaines avant la fin de la phase des « négociations » qui actera, ou non, les suppressions d’emplois. Trois semaines qui peuvent être l’occasion de construire un rapport de force dans l’usine de Périole, mais aussi au niveau de la ville en s’alliant avec d’autres secteurs et en recherchant des soutiens extérieurs. A ce titre, les Latécoère seront en première ligne de la manifestation du 15 septembre sur Toulouse, afin de faire connaître leur lutte. Des initiatives et actions pourront être organisées par les travailleurs de Latécoère ou par leurs soutiens, et pour construire un rapport de force conséquent avant la fin des négociations ! Non aux licenciements à Latécoère !