^

Politique

Combien pour trois mois de poudre aux yeux ?

26 000 euros de maquillage pour entretenir le teint de Jupiter

La facture maquillage d’Emmanuel Macron pour ses trois premiers mois de mandat est tombée. Et la note est très onéreuse. Rien de moins que 26 000 euros de dépense pour mettre en marche Macron qui, le teint radieux, demande à la population, de RMC aux marches de l’Élysée, de se serrer la ceinture et de renoncer à ses acquis sociaux.

Crédits : CHAMUSSY/SIPA

On l’aura compris, Macron c’est tout change pour que rien ne change. Et ce jusque dans ses factures de maquillage. On se souvient du coiffeur de Hollande qui était grassement payé près de 10 000 euros par mois, quand sa maquilleuse, salariée de l’Élysée, percevait 6 000 euros de salaire mensuel. Tout comme Hollande et ses amis politiciens, Macron tient beaucoup à son image (tout autant que ses sous) . Et ça coûte cher de garder la face quand les cotes de popularité chutent, les scandales tombent et les mesures d’austérité fâchent.

Ainsi, pour son teint, le Président fait appel à des prestataires extérieurs. Attaché à la maquilleuse qui s’est occupée de lui pendant la campagne électorale, cette dernière est restée à ses côtés en ce début de quinquennat. Elle a présenté la note de trois mois de travail sur le minois du Président au secrétariat général de la présidence chargé de la rémunérer. Une note qui se compose de deux factures : l’une de 10 000 euros et la seconde de 16 000, soit en tout 26 000 euros. C’est ce qu’il faut pour débuter un quinquennat quand on est Jupiter, qu’on est beau, jeune et riche. S’il continue sur cette moyenne, il arrivera à la coquette somme de 1 560 000 million d’euros de fond de teint à la fin de son quinquennat. Qu’il vienne nous expliquer après qu’on peut se passer de 5 euros par mois pour nos APL.

Trois mois où l’on a vu le Président, photographié de toute part - souvent de très près - endossé différents costumes et les maquillages qui vont avec : celui du chef d’État, du militaire, du colon, du patron. Et il les porte tous très bien. Trois mois riches en rencontres, en interviews, en voyages, ainsi qu’en fond de teint et en anti-cernes, pour mettre à exécution son fameux « projet ». La nature d’un « projet » qui, sans fard, constitue un ensemble d’attaques à l’encontre des salariés, de la jeunesse, des quartiers populaires, des retraités. Cette dépense mirobolante, reçue entre railleries et colères sur les réseaux sociaux, à quelques jours de la rentrée, nous conforte dans l’idée que c’est bel et bien un clown qui compte gouverner pendant cinq ans.




Mots-clés

Macron   /    Politique