^

Politique

Une initiative unitaire à suivre

300 Personnes rassemblées à Toulouse au premier meeting unitaire organisé contre les ordonnances Macron

Ce jeudi 19 octobre, le premier meeting unitaire contre les ordonnances Macron a été organisé à Toulouse. Une initiative unitaire progressiste dans le contexte actuel, rassemblant des organisations politiques, syndicales et associatives appelant à l'unité dans l'action pour mettre en échec les ordonnances et la politique du gouvernement Macron. Etaient présents l'intersyndicale CGT- FSU-Solidaires de la Haute Garonne, le DAL côté associatif, ainsi que le NPA, le PCF, Ensemble ! , le Parti de Gauche, la gauche démocratique et sociale, écologie les verts, et le M1717.

Le meeting a débuté par une intervention de l’intersyndicale CGT-FSU, Solidaires n’ayant pas pu être présent. Une intervention à deux voix, dans laquelle le porte parole de la FSU, est revenu sur le contenu des ordonnances, ses conséquences, la précarisation généralisée qu’elles allaient engendrer chez les travailleurs, et la nécessité face à cette attaque, mais également toutes les prochaines attaques du gouvernement, « qui ne compte pas s’arrêter là », d’organiser une riposte unitaire et massive.

Cedric Caubert, pour la CGT, a fait une intervention combattive, posant la question de l’unité syndicale, nécessaire dans le contexte actuel, et la nécessité pour les salariés « d’imposer un rapport de force dans les entreprises et dans la rue ». En effet, après être revenu sur l’attaque de Macron contre la sécurité sociale, affirmant que la CSG « n’était pas une option », que la sécurité sociale devait être entièrement financée par les cotisations et que nous ne lâcherons pas sur ça, ce dernier a rappelé la nécessité de la construction d’un rapport de force en faveur des salariés, et pour ce faire, l’appel à l’unité syndicale. « FSU, CGT, Solidaires qui n’a pas pu venir, cherche à élargir, nous croyons à l’unité d’actions, sur des contenus et des objectifs clairs (…). Non seulement nous ne laisserons pas passer les ordonnances. Si elles passent nous nous battrons jusqu’à leur retrait. Dans l’action et l’unité que nous mèneront les luttes qui nous conduiront à la victoire. Son (ndlr Macron) temps est compté et il le sait car il a en face de lui la colère sociale qui gronde ».

L’intervention de l’intersyndicale s’est soldée sur des remerciements envers les organisateurs qui ont invité les syndicats, saluant cette première initiative unitaire entre syndicat et parti, très progressiste nécessaire dans le contexte actuel.




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Toulouse   /    Politique