^

Notre classe

Contre Macron et son monde

5 bonnes raisons de se rendre au meeting de convergence du Mirail le 10 avril

Les étudiants et travailleurs de la fac du Mirail, en grève depuis 4 mois contre un projet local de fusion et contre le Plan étudiant, organisent un meeting de convergence et de lutte contre la politique antisociale du gouvernement Macron, qui réunira étudiants, BIATSS, cheminots, lycéens, travailleurs des EHPAD, du CHU, et avocats. Voici 5 bonnes raisons de s’y rendre !

1 – Contre leurs facs élitistes et leur sélection, ouvrons nos facs à toutes et tous !

A travers l’organisation de ce meeting, pensé comme une première échéance de convergence, qui se tiendra au Mirail le mardi 10 avril à 19h au Grand amphi, les étudiants et travailleurs du Mirail en grève depuis 4 mois envoient un message fort : contre leur sélection et leurs facs élitistes qui deviendront de véritables outils d’exclusion sociale, nous réaffirmons que nos facs doivent être ouvertes à toutes et à tous ! Les facs que nous occupons aujourd’hui sont et doivent en effet être de véritables espaces vivants et ouverts, ouverts aux travailleurs, aux différents secteurs en lutte, et servir à la construction d’un rapport de force à même de faire reculer le gouvernement et ses attaques envers le monde du travail et la jeunesse. Cette première échéance de convergence à échelle locale est un premier pas en ce sens ! 

2 – Contre leur propagande médiatique, faisons entendre la voix des secteurs en lutte !

La propagande médiatique qui inondent les journaux, la radio et les chaînes de télé est ignoble et mensongère : le cheminot-bashing, la rhétorique des preneurs d’otage ou encore d’une minorité agitatrice, autant accolée aux cheminots qu’aux étudiants qui bloquent et occupent les facs pour défendre leur droit d’étudier…. Face à cela, ce meeting permettra de faire entendre la voix et la réalité des travailleurs et de la jeunesse mobilisés contre les attaques que Macron et son gouvernement leur imposent. Faire entendre largement nos revendications, leur légitimité, est nécessaire pour regagner en confiance et en dignité, contrer leur propagande mensongère et remporter la bataille de l’opinion publique, aujourd’hui déterminante pour la suite. 

3 – Un meeting contre la répression !

Dans la jeunesse, face à un début d’élargissement de la mobilisation étudiante contre la loi ORE, la répression a été forte. A Strasbourg, Bordeaux, Lille, Dijon, Besançon, les étudiants mobilisés ont subi la répression et la violence des forces de police envoyées par l’administration pour déloger les étudiants. A Montpellier, le doyen de la fac de droit et des enseignants ont envoyé un groupuscule fasciste, qui a tabassé des étudiants mobilisés qui occupaient un amphi. Une étudiante de Montpellier qui a été victime de cette attaque va intervenir au meeting pour parler et condamner cette répression que subissent ceux qui s’organisent et se mobilisent contre la politique du gouvernement, qu’elle soit policière, administrative, ou fasciste. Une répression policière qui s’est également abattue sur les cheminots qui manifestaient le 3 avril, à Paris notamment.

4 – Les cheminots, en première ligne d’une bataille qui concerne l’ensemble du monde du travail !

Aujourd’hui, les attaques qui pleuvent sur tous les secteurs, l’éducation, les cheminots, les fonctionnaires, la santé, ne sont pas de simples attaques sectorielles mais s’inscrivent dans le projet politique global du gouvernement : celui de l’ultra libéralisation, de la flexibilisation du marché du travail, de la privatisation, qui a prévu de détruire tous nos acquis sociaux. Dans cette politique et dans l’application de toutes les contre-réformes qui vont détruire nos acquis, la bataille du rail a une place à la fois symbolique et déterminante. 

Les cheminots sont aujourd’hui la dernière digue entre le gouvernement des riches et les travailleurs de tous les secteurs. Si cette réforme passe, Macron assènera une défaite morale à l’ensemble du monde du travail et de la jeunesse, et pas uniquement aux cheminots. La convergence des autres travailleurs en lutte et de la jeunesse avec les cheminots est centrale dans la situation actuelle, pour faire reculer Macron sur le dossier de la SNCF mais plus encore, sur l’ensemble de sa politique. 

Un début de convergence qui a déjà émergé entre les étudiants mobilisés contre le Plan étudiant et les cheminots en grève à travers diverses actions, rencontres et manifestations, dans différentes villes, mais elle doit être approfondie dans un cadre pérenne et élargie à d’autres secteurs du monde du travail. Ce meeting, avec la délégation de cheminots en grève qui va s’y rendre, est un premier pas en ce sens !

5 – Pour faire reculer Macron et son monde, la convergence des luttes est nécessaire !

Étudiants, BIATSS, cheminots, lycéens, travailleurs des EHPAD, du CHU, avocats… Tous ces secteurs en lutte seront présents au meeting ! Des rencontres politiques nécessaires pour commencer à créer des liens, réfléchir tous ensemble à la stratégie à mettre en place pour faire reculer Macron et commencer à construire un rapport de force à la hauteur des attaques ! Alors que le gouvernement détruit le service public, attaque l’ensemble des acquis des travailleurs, de la jeunesse, seule une réponse collective et coordonnée des différents secteurs en lutte peut inverser le rapport de force actuel et dessiner une perspective de victoire. Ce meeting est en ce sens une première étape, qui doit permettre d’aboutir à la création et à la pérennisation de cadres de coordinations entre les différents secteurs en lutte à échelle locale, comme des Assemblées Générales interprofessionnelles, qui ont déjà émergé à Montpellier, ainsi qu’à échelle nationale. 

Cette première échéance de convergence sera également un moment festif et convivial avec la tenue d’un concert ! Autant de raisons pour venir nombreuses et nombreux à ce meeting et multiplier, partout où cela est possible, ce genre d’initiatives !




Mots-clés

Plan Etudiants   /    Fusion des universités   /    secteur santé   /    Cheminot-e-s   /    Mirail   /    Montpellier   /    Emmanuel Macron   /    Université   /    Répression   /    Notre classe