Politique

Premières arrestations

[Direct] 5 journalistes indépendant-e-s embarqué-e-s devant l’Assemblée Nationale

Publié le 5 juillet 2016

Crédits photo Bellamy

Alors qu’ils venaient d’arriver devant le Palais Bourbon pour couvrir le rassemblement pour protester contre la Loi travail et le 49.3 après la manifestation parisienne de l’après-midi, cinq journalistes se sont faits arrêter et embarquer par la police à 18h.

Corinne Rozenn

Couvrant depuis le début du mouvement la mobilisation pour différents médias critiques, deux jeunes photojournalistes indépendants et une troupe de trois vidéastes se sont faits interpellés devant l’Assemblée Nationale, à 18h, alors que plusieurs centaines de manifestants commençaient à arriver sur place. Sans que le contexte, absolument calme, ne le justifie, les deux premiers ont été contrôlés au motif de leur casque, nécessaire à leur travail. La police a exigé qu’ils montrent une carte d’accréditation et a choisi de les embarquer.

Suivant la même procédure, les trois vidéastes ont subi le même sort après que la police a tapé dans leur caméra. Une sixième personne, un manifestant qui était venu s’interposer, a également été interpelé.

Les deux photographes ont été libérés à leur descente du fourgon, devant l’Hôtel de police du 14ème arrondissement, alors que le manifestant, lui, était conduit à l’intérieur, au prétexte d’outrages et rébellion. Aucune nouvelle ne nous est parvenue, pour l’heure, de la troupe de vidéastes.

C’est donc ainsi que Valls et ses flics défendent la liberté de la presse. Il ne s’agit pas d’une première, depuis l’arrestation de journalistes est extrêmement grave. Après les manifestants, c’est la liberté d’expression que l’on somme de marcher au pas.