^

Politique

Le gouvernement de la rigueur

« 5 milliards d’économie », Castaner annonce des coupes budgétaires dans tous les ministères

Faisant écho au discours du Premier Ministre Édouard Philippe devant la nouvelle Assemblée, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a annoncé des coupes budgétaires dans « tous les ministères », « sans exception »…

« Aucun ministère » ne sera épargné. Dans la droite lignée de ce qu’avait annoncé Macron pendant sa campagne et son Premier Ministre Édouard Philippe lors de son discours de politique générale devant la nouvelle Assemblée, Christophe Castaner confirme la politique du gouvernement. Le porte-parole du gouvernement assure qu’aucun budget ne sera « sanctuarisé » et qu’il « y aura des baisses de dépenses publiques dans tous les ministères » sur LCI. Le gouvernement dira, « dans les 15 jours », où seront faites les économies, sur la base d’une « revue de projet » élaborée par chaque ministre.

En parallèle il annonce que les baisses d’impôts seront discutées « avant la fin de l’année » pour qu’elles entrent en vigueur d’ici 2018 / 2019. « Il y a des priorités », déclare-t-il encore. Et il semblerait que la priorité numéro 1 du gouvernement soit d’amputer les budgets publics de « 5 milliards d’économie », et d’y aller vite. Édouard Philippe avait lui-même annoncé la couleur en début de semaine dans son discours devant les députés en promettant l’arrêt des « addictions à la dépense publique ». Ce qui est quand même assez fou, quand on sait que la fraude fiscale et financière pourrait largement combler le trou du « déficit public » ! De plus, si tous les ministères seront visés par ces coupes, le porte-parole du gouvernement assure que des mesures particulières seront tout de même prises pour « augmenter les effectifs de police et de gendarmerie », et « on va le faire » ajoute-t-il.

Ces annonces s’inscrivent dans le cadre de la politique générale de Macron et de son gouvernement qui prévoit une Loi Travail XXL et des plans de rigueur en ce qui concerne les dépenses publiques afin de « moderniser » l’économie et rattraper son retard sur ses concurrents européens. Le 29 juin un rapport de la Cour des comptes a publié un rapport sur l’état des finances publiques dans lequel elle évalue à 3,2 % du PIB le déficit public de la France, c’est-à-dire plus que ce à quoi s’était engagé la France pour 2017 (2,8 % du PIB). Ce rapport tombe à pic pour le gouvernement qui l’utilise pour justifier ses annonces en matière de casse sociale.

Crédits photos : afp.com/ANNE-CHRISTINE POUJOULAT




Mots-clés

Loi travail 2   /    Édouard Philippe   /    austérité   /    Macron   /    Politique