Politique

De quoi s’acheter de nouvelles chemises ...

65 % d’augmentation de salaire pour le PDG d’Air France en 2015 !

Publié le 21 avril 2016

Alexandre de Juniac, PDG d’Air France KLM en partance pour la direction générale de l’Association internationale du transport aérien (IATA), a été augmenté de 65 % en 2015. En effet, si son salaire fixe n’a pas bougé, la part "variable" de son salaire a quant à elle été multipliée par dix. Une annonce au relent de provocation envers les salariés du groupe.

Fréderic Apoyo

Une annonce qui prend des allures de provocation

Il faut croire que les 600 000 euros de revenus d’Alexandre de Juniac n’était pas suffisants. Selon les chiffres publiés par le groupe Air France KLM, son PDG a vu la part variable de son salaire multipliée par dix, passant de 45 000 à 462 000 euros annuel en 2015. Comble du cynisme, le conseil d’administration a présenté cette augmentation comme une récompense au titre de « la performance quantitative » de l’action d’Alexandre de Juniac concernant « la stratégie de développement du low-cost, des partenariats long-courrier et de la maintenance, la satisfaction des passagers et le progrès dans le processus d’intégration du groupe » mais aussi de la mise en place des plans "Transform 2015" qui a aboutit à la suppression de 5 500 postes et de "Transform 2020", aux objectifs tout aussi funestes pour les salariés !

Une véritable provocation quand on sait que les travailleurs combatif d’Air France ont été traînés dans la boue dans l’affaire de la chemise arrachée fin 2015 ... et que 5 d’entre eux se retrouvent aujourd’hui devant les tribunaux. De plus, les négociations tendues et la perspective d’une nouvelle grève des pilotes au sein du groupe en ce moment même donne à cette annonce des allures de suicide pur et simple de la part de la direction d’Air France. Un véritable mépris de classe qui ne risque pas de faire retomber les tensions mais peut-être au contraire de réchauffer un peu plus l’atmosphère. Qui sait, peut être que cette augmentation ne vise qu’à remplir les stocks de chemises ... car quelques unes risquent d’être arrachées dans les semaines à venir !