^

Genres et Sexualités

Alors que des millions de femmes sont descendues dans la rue

8 mars : le Mississippi vote la loi sur l’avortement la plus restrictive du pays

Les élus du Mississippi ont voté un projet de loi interdisant l'IVG au-delà de 15 semaines de grossesse, devenant ainsi l'état le plus restrictif sur la législation de l'avortement.

Le Mississippi a renforcé sa loi sur l’avortement en votant un projet de loi interdisant l’IVG après 15 semaines de grossesse, contre 20 auparavant. Ce projet – qui utilise dans ses textes le terme « êtres humains non nés » pour parler des fœtus, a ironiquement été approuvé le jour même de la Journée Internationale de Droits des Femmes. Il doit encore être ratifié par le gouverneur de l’état, le républicain Phil Bryant qui a déjà annoncé son soutien à ce projet. Le texte comporte certes des exceptions en cas d’urgence médicale pour la mère ou de sévères anomalies cérébrales du fœtus, mais en revanche pas dans les cas d’inceste et de viol. En plus de réduire le délai légal pour avorter, cette loi prévoit également des amendes pour les médecins qui pratiqueraient l’opération au-delà de la quinzième semaine.

Ces dispositions ne sont cependant pas vraiment surprenantes dans un État aussi conservateur que le Mississippi. Cet État se trouve en effet dans la Bible Belt, la « ceinture de la Bible », une zone au Sud-Est du pays s’étendant du Texas à la Floride où l’influence de la religion chrétienne et du protestantisme rigoriste est la plus forte.

Le débat sur la question de l’avortement est un point de clivage important aux États-Unis depuis la légalisation officielle par la Cour Suprême en 1973. Toutefois, la Cour a fixé comme limite le point de « viabilité » du fœtus plutôt que de fixer un nombre de semaines, ce qui laisse aux militants anti-avortement une fenêtre ouverte pour faire adopter au niveau fédéral des lois de plus en plus restrictives. Si ces reculs limitatifs dans les textes de lois aux États-Unis sont inquiétants, rappelons qu’en France, le délai maximum pour une IVG chirurgicale n’est que de 12 semaines (et 7 semaines pour une IVG médicamenteuse).

En plus du fait que cette loi va aggraver les oppressions des femmes, celle-ci va également agrandir encore les inégalités entre les classes sociales : comme le dénonce la responsable de l’Association des droits civiques au Mississippi, Jennifer Riley Collins, cette loi va « profondément nuire aux femmes pauvres, aux femmes de couleurs et aux jeunes femmes », celles qui n’auront pas les moyens de se déplacer dans un État moins stricte pour avorter. Les oppressions de classe et les oppressions de genre travaillent de concert pour frapper doublement les femmes les plus précaires aux États-Unis, et dans le reste du monde.




Mots-clés

IVG   /    Violences faites aux femmes   /    Droits des femmes   /    Etats-Unis   /    Genres et Sexualités