^

Politique

Mobilisation nationale

A Bordeaux, les étudiant.es battent le pavé aux côtés des retraité.es et du personnel des Ehpad.

Ce Jeudi 15 Mars était placé sous le signe de la mobilisation nationale. En effet, de nombreux secteurs tels que les étudiants et professeurs, mais aussi les retraités en passant par le personnel des Ephad ont manifesté contre les réformes du gouvernement à l’échelle du pays tout entier. A Bordeaux, les étudiants en lutte contre le plan Vidal ont rejoint les cortèges des retraités et des salariés des maisons de retraite dans une ambiance dynamique et avec la volonté de marcher tous ensemble.

Crédits photos : © France 3 Aquitaine

A Bordeaux comme ailleurs, la mobilisation contre le plan Vidal continue de plus belle. Jeudi matin, les étudiants de la faculté de Bordeaux Victoire (Bordeaux II) bloquaient leur faculté avant de partir en manifestation.

Lundi 12 Mars, l’Assemblée Générale des étudiants de la Victoire avait acté le blocage de l’établissement Jeudi 15 Mars, rejoignant la date de mobilisation nationale contre le plan de sélection à l’Université. Des barricades ont été montées, cette fois depuis l’intérieur de l’établissement, l’amphithéâtre Gintrac étant toujours occupé par les étudiants, nuit et jour, depuis lundi soir.

Une occupation qui fait suite au refus de démission du Président de l’Université de Bordeaux Manuel Tunon de Lara qui avait donné son feu vert la semaine dernière à l’intervention de la police afin d’expulser, dans une violence inouïe, les étudiants qui occupaient l’amphithéâtre Gintrac. Ces derniers réclamaient le droit à un lieu de débat et d’organisation pour la mobilisation, revendication niée par la direction. La répression, particulièrement violente avait causé de nombreux blessés parmi les élèves et avait particulièrement choqué les étudiants bordelais. L’intervention de la police dans les locaux de la faculté Bordeaux 2 avait en plus de cela provoqué de nombreux dégâts dans un amphithéâtre classé au patrimoine mondial de l’Unesco
Ce sont donc plus de 200 étudiants qui se sont rendus au blocage jeudi matin. Une entrée a été laissée ouverte pour le personnel et les habitants de l’établissement.Peu d’étudiants se sont rendus à la fac, la direction ayant fait le choix de la banalisation des cours, invitant les élèves à rester chez eux pour des questions de sécurité. La direction de l’Université poursuit donc sa stratégie du « lock-out » qui vise à mettre en quarantaine le campus de Bordeaux II et à freiner la mobilisation des étudiants.

Une mobilisation sous le signe de la solidarité

Au alentours de 11h, ce sont plus de 300 étudiants des différentes facs qui sont partis en cortège depuis la Victoire pour rejoindre la manifestation des retraités à République où ils ont été très bien accueillis. Un moment de solidarité important entre différents secteurs qui subissent les attaques du gouvernement de Macron et du patronat. Les retraités manifestent contre la hausse de la CSG, aux côtés également du personnel des EPHAD qui dénoncent les conditions de travail et le manque de moyens dans les maisons de retraites. Les étudiants ont par la suite invité les manifestants à continuer leur marche avec eux jusqu’à la Victoire – lieu où allait se tenir leur Assemblée Générale. Des cortèges de retraités ont continué la manifestation avec eux.

Une Assemblée Générale inter-facs s’est ensuite tenue dans l’atrium, à l’entrée de Bordeaux 2. Celle-ci a voté le blocage illimité de B2 ainsi que le blocage le 22 Mars, date de mobilisation nationale de la fonction publique. A également été décidé de constituer un cortège commun avec les salariés de Ford -en lutte contre la liquidation de leur usine- et les cheminots à cette même date. Une réunion devra également être organisée avec le personnel de la fac.

A cet agenda de la mobilisation s’ajoute également un meeting de convergence des luttes en compagnie des cheminots, des Fords et des étudiants, mardi 20 Mars à 19h. De quoi continuer à construire l’unité dans la bataille contre les réformes à la sauce Macron.




Mots-clés

Bordeaux   /    Politique