^

Notre classe

Appelé par la fédération métallurgie

A Bordeaux, nouvelle manifestation des ouvriers de Ford et de leurs soutiens

Ce jeudi 25 octobre, c’est une nouvelle manifestation contre la fermeture de l’usine de Ford Blanquefort qui a eu lieu à Bordeaux. Près de 500 personnes se sont mobilisés dans la rue, dont une centaine d’ouvriers de l’usine, plus que pour la dernière manifestation !

Un habituel départ place de République, à 13h sous un beau soleil, la manifestation s’est élancée dans la rue. Étaient présentes trois organisations syndicales de l’usine, CFTC, FO, mais surtout la CGT Ford qui mène la bataille aux avants postes ! Parmi les manifestants il est important de souligner la présence du secrétaire générale de la fédération métallurgie CGT, ainsi que de Jean Pierre Mercier CGT PSA et membre de Lutte Ouvrière. D’autres ouvriers de la métallurgie étaient également présents et notamment ceux de l’usine voisine de Ford : Getrag Ford Transmissions (GFT) (anciennement rattaché à la multinationale). D’autres secteurs également présents, la CGT de la Monnaie, Sud Rail, Sud PTT, pour ne citer qu’eux ! En terme d’organisation politique, quelques membres du PC et de LFI étaient présents, un cortège Lutte Ouvrière plus fournie que d’habitude, ainsi que le NPA ! La manifestation s’est bien déroulée, avec une bonne ambiance de la tête de cortège composé des ouvriers de Ford, plus nombreux que lors de la précédente manifestation !

C’est une dynamique positive, que nous décrivons et mettons en avant régulièrement à travers [de nombreux articles→https://www.revolutionpermanente.fr/Ford], récemment les nouvelles coordonnées vis à vis notamment d’une potentielle reprise ont marqués un nouveau tournant. C’est autour de l’annonce de Ford, qui préfère la fermeture à toute option de reprise que la situation a commencé à basculer. Car de plus, les différentes sorties publiques de Bruno Le Maire, Juppé et consorts, dévoilent à la fois l’hypocrisie habituelle, mais surtout la nécessité pour le gouvernement de ne pas entacher leur bilan politique avec cette fermeture d’usine, ce qui accentuerait le bilan déjà bien négatif jusqu’ici. De leur côté les ouvriers ne sont pas dupes, la question du repreneur est largement écarté parmi les travailleurs qui voit naturellement les conditions calamiteuses qu’engendrerait cette option, nous sommes revenu plus longuement dans un article sur cette question.

Suite à ces nouvelles, plusieurs actions ont eu lieux, d’abord un débrayage, plus massif que d’habitude, puis, ce mercredi 24 octobre, une action à l’occasion de la venue de la direction de Ford Europe, en accrochant banderole et message sur t-shirt de travail aux grillages de l’usine :

Les thématiques des messages, montrent bien le sentiment des salariés, qui ne souhaite pas brader leur emplois et ceux malgré leur âges !
Cette semaine s’est terminé sur la manifestation de ce 25 octobre !

JPEG

Alors, pas d’indemnité, pas de reprise si dégradante, que faut-il faire ? La réponse est claire pour beaucoup maintien de tous les emplois ! Et pour cela, il va falloir se battre, que ce soit les ouvriers de Ford bien sûr, mais plus largement, il s’agit d’organiser un soutien, encore plus fort qu’actuellement, démontrer qu’il est possible, une nouvelle fois, de sauver cette usine !

La proposition d’un plan de reprise par un autre repreneur démontre ce qu’on savait depuis longtemps : derrière les soi-disant arguments économiques, c’est une offensive de Ford pour licencier les salariés et maximiser ses profits qui pesaient déjà à hauteur de 7 milliards d’euros en 2017. La direction de Ford dit ne pas pouvoir faire tourner l’usine ? Qu’elle publie donc ses bulletins économiques internes. Cela mettrait à mal les patrons de Ford, cela dévoilerait les mensonges et les manœuvres constantes de cette direction, qui programme, comme souvent, la fermeture longtemps à l’avance. C’est en finalité le maintien de tous les emplois qui est important dans la période.

Crédit photo : CGT Ford, [SUD PTT 33→https://www.facebook.com/SUD-PTT-Gironde-568014946650951/]
et RP Bordeaux




Mots-clés

Ford   /    Philippe Poutou   /    Bordeaux   /    Notre classe