Jeunesse

À Montpellier aussi, Révolution Permanente fait sa rentrée

Publié le 22 octobre 2015

Dom Thomas

{}

C’était hier soir dans une salle du bar Le Ranch, à côté de l’université Paul Valéry qu’a eu lieu la réunion de présentation du site Révolution Permanente à Montpellier. Une quinzaine de personnes, etudiant-e-s et travailleur-se-s s’est réunie autour du projet porté par le site qui commence tout juste à s’installer dans la ville, en espérant que cela augure des débuts prometteurs !

Une double introduction présentée par deux camarades du Courant Communiste Révolutionnaire a permis de revenir tout d’abord sur le projet porté par le site. Face au discours des grands médias qui ne laisse s’exprimer que les projets des classes dominantes, face au renforcement de la diffusion des idéaux les plus réactionnaires sur les réseaux sociaux, un média alternatif apparaît de plus en plus nécessaire. Un média qui défende la parole et les luttes des exploité-e-s et des opprimé-e-s, et qui cherche à reconstruire la conscience de nos intérêts communs, pour mieux nous organiser face aux attaques. Un média qui soit, pour paraphraser Lenine, « la tribune du procès de nos gouvernements », de ceux qui nous exploitent et nous répriment au quotidien.

À Montpellier, à petite échelle, c’est l’objectif que le site a commencé à viser. Il s’est fait notamment l’écho d’une bataille locale d’ampleur nationale, autour de la question des étudiant-e-s « sans facs » dont l’université refuse l’inscription, sous le signe de l’austérité budgétaire dans l’enseignement supérieur. De manière beaucoup plus inattendue, il a aussi permis de réagir à un problème local et apparemment anecdotique concernant le paiement des tickets de Tram, faisant un petit « buzz » sur les réseaux sociaux montpelliérains. Enfin, il a tout récemment apporté son soutien aux expulsé-e-s et aux militant-e-s BDS réprimé-e-s par la police. Autant d’exemples d’articles qui ont permis de cristalliser la colère, en attendant que celle-ci puisse s’exprimer dans la rue.

Autour de la discussion sur le projet du site et de ses potentialités, de nouvelles discussions et débat qui agitent notre camp social refont surface comme ils l’ont fait hier soir : la critique de notre mode de consommation et de production, le questionnement des rôles de genre, la nécessité de se connaître et se reconnaître entre allié-e-s d’une même bataille contre ce système… « Révolution Permanente, c’est un beau titre », comme l’a dit un des participants à la réunion publique : nous ajoutons qu’il n’attend plus que de nouveaux contributeurs à Montpellier pour lui donner toutes ses couleurs ! Les discussions nous ont en effet confirmé la nécessité d’ouvrir nos pages à toutes celles et tous ceux qui aujourd’hui, isolé-e-s, cherchent les outils pour comprendre et transformer ce monde. En espérant que les Montpelliérains répondront à l’appel !