^

Notre classe

Une réussite

A Pamiers, une centaine de personnes à la journée « Loi travail XXL, comment résister ? »

Ce samedi 4 novembre 2017 à Pamiers en Ariège s’est déroulé une journée conférence/débat sur les ordonnances Macron, organisée par le « front social 09 » et « L’article 35 L’association ». Une militante du FS 09 nous a fait parvenir un compte rendu de la journée, que nous publions ci-dessous.

Le front social trouve son origine dans l’appel du 22 avril dernier. C’est l’union de militant·e·s d’associations, de syndicats, de collectifs, de médias alternatifs qui construisent la riposte à la politique libérale de notre président Macron, avec l’idée selon laquelle les mouvements viennent d’en bas, de la base. Plusieurs Fronts sociaux naissent dans toute la France. Le Front Social Ariégeois (09) regroupe également des militant·e·s de gauche et des personnes venues des « Nuit-debout » depuis le 12 septembre 2017 ayant la même ambition « s’unir pour ne pas subir ».

Il est en effet impératif, face à la désinformation des médias dominants, de ré-informer la population. Un peuple réellement informé est un peuple plus fort et plus à même de se défendre. La journée s’est déroulée en deux parties : le matin avec une vidéo de Nico Hirtt (professeur en sciences physiques dans le secondaire, rédacteur en chef de la revue L’école démocratique) sur la marchandisation des systèmes éducatifs et l’après-midi nous avions la présence de Richard Abauzit, inspecteur du travail et professeur des écoles à la retraite, spécialiste du code du travail et des ordonnances Macron. R. Abauzit a fait un travail remarquable de clarification de ces textes de lois, assez tortueux à décrypter pour la plupart des gens. Ainsi les Ordonnances Macron vont plus loin qu’un énième rabotage du Code du travail selon lui. Il s’agit purement et simplement de la suppression de ce qu’il reste de droits sociaux, dont l’objectif est de tendre vers une classe ouvrière sans statut ni protection, la fameuse Uberisation.

Si nous ne réagissons pas, ce qui a été gagné par des années de luttes va insidieusement disparaître, explique-t-il, comme la limitation de la durée du temps de travail, le revenu minimal, la sécurité sociale (cotiser selon ses moyens, recevoir selon ses besoins), la retraite par répartition (en commençant, dans un premier temps, par une retraite individualisée à points), la protection contre les licenciements abusifs… Les moyens pour parvenir à ces fins sont la démolition de la médecine du travail et de l’inspection du travail, la fin programmée des prud’hommes, l’affaiblissement des représentants du personnel, la disparition des Comités d’hygiène et de sécurité et le contournement des syndicats. Les Fonctions publiques rentreront également dans cette dissolution et seront comme en Grèce en première ligne de la démolition programmée.

Un débat riche et animé s’en est suivi. Une centaine de personnes au total se sont succédé sur la journée. Une même question revient souvent : comment agir ? Que faire pour sortir les travailleurs de leur résignation ? Que faire face aux directions syndicales qui nous divisent ? Une première réponse passe peut-être par « l’information ». Organiser des rencontres, se réunir et s’écouter. Prendre et faire prendre conscience que nous avons réellement le pouvoir car nous sommes l’immense majorité. Par cette journée les organisateurs espèrent avoir fait germer une réflexion et l’envie d’agir chez les participant·e·s présent·e·s ce jour. Une vidéo a été réalisée, nous la partagerons sur notre page Facebook. Ensemble refusons la régression sociale ! Le Front social 09 sera présent le jeudi 16 novembre lors de la manifestation syndicale et appelle à une grève générale et reconductible. Le Front social organise au niveau national le 18 novembre une marche sur l’Élysée à Paris. Un transport en bus peut être organisé si suffisamment de personnes manifestent rapidement leur volonté d’y aller.

Pour contacter le Front Social 09 :
Mail : frontsocialariegeois@gmail.com, Page Facebook : Front social ariégeois




Mots-clés

Front Social   /    Loi travail 2   /    Notre classe