^

Notre classe

Gilets Jaunes, oranges et rouges

A Paris, un front commun cheminots et gilets jaunes lancé depuis Saint-Lazare

Du jaune et du orange boulevard Haussmann à Paris ce matin. Le rassemblement à la gare Saint Lazare, à 11 heure, ce samedi matin, appelé par les cheminots parisiens de l'inter-gare, s'est rapidement gonflé de milliers de Gilets Jaunes.

C’est une deuxième pôle de manifestants qui s’est formé au niveau de la gare Saint-Lazare et qui avance boulevard Haussmann dans le quartier très commerçant des grands boulevards. Cet appel a été donné par les cheminots du collectif de l’intergare parisien, formé pendant la bataille du Rail du printemps dernier dès 11 heure ce samedi matin.

« Pas de négociation de la régression sociale »

L’occasion de faire converger les secteurs de travailleurs du rail et des Gilets Jaunes venus manifester sur Paris. « Si nous [cheminots] sommes là aujourd’hui et que nous avons appelé à rejoindre les Gilets Jaunes, […] c’est parce qu’on se reconnaît dans ce mouvement pour la défense des services publics, pour l’augmentation du Smic contre la vie chère » explique Anasse, cheminot lors d’une prise de parole. « Le collectif intergare a un peu la même histoire que les Gilets Jaunes. Durant la bataille du Rail, on en avait marre de cette bureaucratie syndicale qui nous a posé un calendrier et qui allait voir Edouard Philippe pour négocier la régression sociale pendant que nous on sacrifiait du salaire ». Conscient de la méfiance des Gilets Jaunes à l’égard des appareils syndicaux, il explique « On comprend que le terme syndicat, ce n’est pas le syndicaliste, le prolo qui est à la CGT ou sous une autre bannière […] mais ce qu’on vomit, et nous aussi en tant que syndicaliste, c’est cette bureaucratie syndicale qui trahit le mouvement ouvrier, les grèves, les travailleurs qui sont sur les piquets de grève ».

Gilets Jaunes et Oranges vers les Champs ou la Bastille ?

Rapidement rejoints par des Gilets Jaunes, ils étaient plusieurs centaines, puis plusieurs milliers à avancer vers le boulevard Haussmann vers midi aux cris de « Macron, démission ». Le bouclage des Champs Elysées a également eu l’effet de disperser les manifestants Gilets Jaunes et de les regrouper dans le quartier du 9ème arrondissement. Sur la zone, non prévue dans le dispositif policier, la circulation s’est peu à peu arrêtée, le cortège de gilets jaunes et orange investissant les principaux axes. De la Marseillaise à l’appel à la grève générale, on sent une colère immense et une détermination de fer.

Au niveau d’un axe pour rejoindre le 8ème arrondissement et les Champs-Elysées, les forces de l’ordre ont commencé à charger. L’accès aux Champs-Elysées paraissant difficile, le cortège pourrait bien se diriger vers République, où la CGT a appelé à un rassemblement puis à une manifestation. Ou comme il se discute parmi les Gilets Jaunes vers Bastille, aux chants d’une Marseillaise qui reprend ses couleurs insurrectionnelles. Tout un symbole.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    pouvoir d’achat   /    Bataille du rail   /    Cheminot-e-s   /    Notre classe