^

Politique

Toujours plus fort !

A droite de Le Pen, ou presque. Estrosi veut expulser « tous les délinquants étrangers »

Ce sont les propos affligeants d’Estrosi, prononcés sur BFM TV le 17 octobre. Revendication depuis longtemps portée par l’extrême droite, le maire Les Républicains de Nice veut élargir la double-peine pour tous les étrangers condamnés pour délit.

Crédits photo : DR

Une petite histoire de la double peine

Tout d’abord, cette logique de faire payer plus cher les délits aux étrangers pour le simple fait qu’ils sont étrangers, existe déjà. Un étranger condamné, sous certaines conditions, peut en effet subir une « mesure complémentaire, » c’est-à-dire l’expulsion, et ce même si la personne possède un titre de séjour valide.

La loi autorisant la double-peine remonte à 1945, éditée par le Gouvernement provisoire de la république française, peu après la Libération. Elle était alors étendue à tous les étrangers. C’est plusieurs décennies après que cette loi a commencé à être aménagée. En 1981 notamment, la loi Deferre a instauré des exceptions : l’expulsion ne pourra plus s’appliquer aux mineurs, aux adultes ayant des enfants qu’ils élèvent, et aux malades nécessitant une prise en charge non assurée dans leur pays d’origine.

En 2003, d’autres assouplissements sont intervenus, notamment par Nicolas Sarkozy et Estrosi lui-même. Une belle ironie, dont il se justifie lors de son interview à BFM TV, en disant qu’il n’a participé à cet assouplissement qu’en tant que rapporteur de la loi sur la sécurité intérieure. Depuis cette date, les expulsions ne sont plus autorisées pour les étrangers arrivés en France avant l’âge de 13 ans, et pour ceux qui y résident depuis plus de vingt ans.

Estrosi, ou la « nostalgie » réactionnaire et opportuniste pour draguer l’extrême droite

Par le rétablissement de la double peine à tous les étrangers sans conditions, et quel que soit le délit, Estrosi vise donc à rétablir la loi de 1945, balayant d’un revers de main les miettes que les gouvernements passés ont bien voulu nous accorder.

Je fais partie de ceux qui revendiquent que l’on en revienne à ce que tous ceux qui sont étrangers, qui commettent un délit sur le territoire national, soient expulsés immédiatement.

Christian Estrosi

C’est aussi une mesure défendue dans les programmes de Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan et également François Fillon, aux présidentielles. Quant à Emmanuel Macron, il ne vise pour le moment que les étrangers en situation irrégulière, une proposition dont Estrosi s’est d’ores et déjà félicité.

Dans les faits, le maire de Nice se positionne explicitement sur un terrain qu’il affectionne particulièrement. Celui de la posture réactionnaire et opportuniste pour chasser sur le terrain de l’extrême droite. Une posture opportuniste à peine voilée, qui en dit long sur les tendances de la droite française à batailler sur ce terrain en empruntant sans complexe la rhétorique du Front National.




Mots-clés

Christian Estrosi   /    Racisme   /    Les Républicains   /    Politique