^

Société

Derrière les murs de la prison

A la prison de Meaux, des matons violent un détenu

C’est une nouvelle affaire d’agression sexuelle en milieu carcéral. En effet, trois surveillants sont soupçonnés d'avoir violé un détenu à la prison de Meaux en Seine-et-Marne.

Crédits photo : PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP

Fin septembre, un détenu de la prison de Meaux a été violé par trois surveillants, comprenant parmi les violeurs présumés un gradé de la prison. Ils ont été placés en garde à vue ce lundi et l’un d’eux a été présenté devant un juge d’instruction ce mercredi, les autres ont été relâchés. Une information judiciaire pour viol contre X a été ouverte et le parquet a mis en place une interdiction d’approcher la victime présumée, les témoins ainsi que tout détenu.

Mais c’est un événement loin d’être isolé. En juin dernier, un détenu du centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville avait été frappé et laissé nu dans sa cellule par des surveillants. Zone de non-droit, les prisons sont aussi hermétiques à la propagation « à l’extérieur » de ces affaires sordides de violences et d’agressions à caractère sexuel. Une situation qui procure un sentiment décuplé d’impunité pour les agresseurs .

Les traitements inhumains dans les prisons françaises ne sont pas des cas rares. Ces prisons sont les plus peuplées d’Europe : c’est cette situation -ainsi que d’autres conditions- qui ont été relatées dans le rapport fait en 2016 par la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté. Elle y décrit un « recul important des droits fondamentaux » : « les droits à la santé, au travail, au maintien des liens familiaux, à l’expression collective » et à ceux-là on peut rajouter le droit à l’intégrité physique et à la sécurité. Cette affaire nous rappelle que l’Etat policier pense pouvoir réprimer en toute impunité derrière les murs d’une ville, comme nous le rappelle l’affaire Théo, mais aussi derrière ceux d’une prison, à l’abri des regards.




Mots-clés

Prisons   /    Société