Notre classe

Au coeur du capital. Sans coeur

A un mois de Noël, elle est licenciée parce qu’elle doit s’occuper de ses enfants

Publié le 24 novembre 2016

C’est encore une histoire révoltante qui a lieu dans le nord de la France : Laurence, 42 ans, travaillait chez La Redoute depuis 19 ans a été licenciée le 14 novembre dernier. Le motif nous rappelle que les profits du patronat passent bien avant toute autre chose, y compris s’occuper de ses enfants.

George Waters

Après 19 ans de boite, Laurence a été licenciée parce qu’elle ne pouvait pas changer ses horaires de travail : la direction de La Redoute n’a rien voulu entendre quand l’une des salariés de l’entreprise leur a expliqué qu’elle ne pouvait travailler le soir du fait de ses deux enfants dont elle doit s’occuper. Avant, elle travaillait de 9h30 à 16h30 en tant que préparatrice de commandes ; la direction voulait la faire travailler de 14h à 21h20, ce qui était impossible pour elle. Malgré ses propositions pour changer de poste ou de mission, la mère de famille a été licenciée manu militari.

Alors que les licenciements continuent d’etre appliqués à la Redoute, après le plan de licenciement décidé par les nouveaux détenteurs de la boite, la direction montre son visage le plus cynique : virer une salariée un mois avant Noël, c’est pousser la famille dans une grande détresse : « mes enfants se sentent responsables, voire coupables de la situation, alors que c’est la direction de la Redoute qui ne veut pas trouver de solutions pour mon cas » confiait Laurence à GrandLilleTV. Si l’employée compte bien contester la décision, la CGT expliquait bien que "la direction utilise Laurence comme un exemple". Un exemple que la direction souhaite très clair pour les autres travailleurs, pour lesquels tout pas de travers sera puni d’un licenciement. De cette organisation du travail, nous n’en voulons pas !