^

Notre classe

MEDEF

Accord sur l’assurance chômage : le MEDEF se fait 400 millions sur le dos des plus de 50 ans

Le patronat et quatre syndicats se sont mis d’accord, mardi en fin de soirée, sur un projet de nouvelle convention d’assurance chômage. Un « accord » qui ressemble plutôt à une victoire pour les patrons et le gouvernement à venir.

crédits photo : Martin Bureau/ AFP

Au terme de la rencontre, syndicats et patronat ont trouvé un accord sur l’assurance chômage. Un texte qui trouvera à s’appliquer pour les 36 prochains mois. Derrière l’apparent « compromis » entre syndicats et patrons, qu’est-ce que cet accord réserve aux salariés et aux travailleurs ?

Si certains syndicats se félicitent de la (très) légère hausse des cotisations employeurs obtenue, du maintien du statu quo sur les CDD d’usage et de l’accès facilité aux allocations pour certains précaires, cela cache de l’autre côté la fin des majorations sur les contrats courts et, surtout, un changement important pour les seniors avec un durcissement des règles à leur encontre.

L’ensemble de cet « accord » vise à faire plus de 900 millions d’euros d’économies. Des économies faites au détriment des salariés et des travailleurs dont les conditions de travail s’annoncent de plus en plus difficiles. Au terme des discussions, il reste que les patrons peuvent toujours (plus) multiplier les contrats courts, les contrats précaires et licencier avec facilité leurs employés.
Mais l’un des points qui a cristallisé la discussion est la question de l’indemnisation des plus de 50 ans. L’actuelle convention leur permettait de toucher des allocations pendant trois ans maximum, contre deux pour les autres demandeurs d’emploi. Désormais, selon le compromis final, les chômeurs auront droit à 30 mois de chômage complétés par des droits supplémentaires à la formation entre 53 et 55 ans, puis à 36 mois à partir de 55 ans. Soit cinq ans plus tard qu’aujourd’hui. Une victoire pour les patrons qui souhaitaient augmenter cette borne d’âge avec une idée derrière la tête : celle de faire environ 400 millions d’euros d’économies sur le dos des quinquagénaires. Soit à peu près la moitié des économies réalisées suite à la signature de cet accord.
Ce « compromis » sur l’assurance chômage ouvre en réalité la porte au traitement différencié des personnes de plus de 50 ans alors même qu’elles sont particulièrement exposées au chômage et cela sur de plus longues durées.

S’il semble que tout le monde se soit félicité de cet accord, la CGT n’envisage pas de le signer et pour l’ensemble des travailleurs, loin d’être une « avancée », cet accord constitue une attaque pour les salariés et les futurs travailleurs. Comprendre une telle attaque implique de se préparer à réagir sur nos lieux de travail et dans la rue pour que dans les mois et années à venir où vont se multiplier ces attaques, nous soyons prêts à riposter.




Mots-clés

Medef   /    Syndicat   /    Notre classe   /    Politique