Monde

La police assassine, la justice acquitte !

Action de 96 heures de Black Lives Matter dans la baie de San Francisco

Publié le 20 janvier 2016

Gloria Grinberg

Le pont qui enjambe la baie de San Francisco a été bloqué dans le cadre d’un long weekend de protestation qui a été organisé pour revendiquer l’héritage de Martin Luther King.

C’est la deuxième année que les militants de Black Lives Matter commémorent l’anniversaire de l’assassinat de Martin Luther King, en empêchant les véhicules de circuler sur le pont. Certains manifestants se sont enchaînés aux voitures en exigeant des améliorations de leurs conditions de vie pour la population noire d’Oakland et San Francisco. Certains panneaux affichaient le slogan « Black Health Matters » (Les noirs ont droit eux aussi à la santé).

Cette action était l’aboutissement de quatre jours de mobilisation dans la région de la baie de San Francisco, où le mouvement Black Lives Matter s’était déjà mobilisé après le meurtre de Mario Woods, jeune noir de 26 ans, assassiné de plusieurs coups de feu par la police de San Francisco, le 2 décembre 2015. Woods était accusé d’être armé avec un couteau de cuisine, d’après la dizaine de policiers qui assurent qu’il ressemblait à un suspect recherché par la police. Cinq policiers ont ouvert le feu sur lui. Il en est mort.
Cet épisode dramatique et pourtant si commun a (re)mis en évidence la répression policière qui touche particulièrement la population noire aux États-Unis. Black Lives Matter dénonce la légèreté des mesures prises par l’État qui se révèlent toujours insuffisantes. C’est pour cela que samedi dernier, les militants ont entamé leur mobilisation pour protester contre l’acquittement des policiers impliqués dans des affaires de violences policières, et pour dénoncer la logique de « la gâchette facile » qui conduit à la mort de centaines de jeunes.

Dans le cadre de la mobilisation de 96h, plusieurs rassemblements ont eu lieu pour exiger la justice au Maire de Oakland et au chef de la police. Une manifestation a aussi été organisée devant un fast-food pour protester contre le licenciement abusif d’un travailleur noir. Les manifestants ont scandé les noms des victimes du phénomène de la « gâchette facile » et du racisme aux USA, comme Tamir Rice et Reika Boyd.
Au total, au moins 25 manifestants ont été réprimés et arrêtés par les patrouilles de l’autoroute de Californie.

partager

Mots-clés