^

Jeunesse

La fin d’APB ?

Admissions Post-Bac. 3000 jeunes attendent toujours leur orientation

Après les nombreux scandales autour de la plateforme d’admissions, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal semble déterminée à mettre fin au système APB et a lancé cet été une grande concertation entre les différents acteurs de l’enseignement supérieur.

En juillet dernier, on comptait 65 000 jeunes sans affectation. Aujourd’hui, 3000 d’entre eux n’ont toujours pas d’orientation. Ils ont pu saisir leurs vœux sur APB jusqu’à hier soir 23h59 : autrement dit, c’était leur dernière chance pour ne pas se retrouver sans fac pour l’année scolaire 2017/2018. Entre le nombre croissant de bacheliers qui souhaitent poursuivre leurs études à l’université d’un côté, plus les étudiants en réorientation, et de l’autre la sélection et les coupes budgétaires qui augmentent, la plateforme d’admissions se retrouve de plus en plus bouchée.

« Le système APB actuel n’existera plus » - Frédérique Vidal

Face à cette situation, la plupart des facs a eu recours au tirage au sort pour les filières très demandées, où le nombre de place est inférieur au nombre de demandes. C’est une pratique que la ministre de l’enseignement supérieur qualifie d’« injuste et stupide. » Une façon de se débarrasser du tirage au sort, et du scandale qu’il a engendré, tel est le premier objectif de la future nouvelle plateforme d’admission proposée par Frédérique Vidal. Le second est sous couvert de réduire le taux d’échec en première année de licence, qui atteint les 60% dans les facs, de mettre en place la sélection à l’université.

Pour cela, la première chose que la ministre propose est le changement de nom de la plateforme. Effacer le nom d’APB tendra certes à faire oublier toutes les polémiques autour du tirage au sort et de la sélection officieuse, mais ne permet en rien une solution pérenne pour les bacheliers en attente d’admission. Et pour ce qui est de la sélection, elle sera non plus officieuse, mais bel et bien officielle. Déjà au programme de Macron pour les présidentielles, Frédérique Vidal propose l’instauration de prérequis à l’entrée de l’université.

Des organisations de jeunesses et des syndicats étudiants se sont opposés à ces propositions, dénonçant aussi une sélection déguisée, et exige au contraire l’augmentation des quotas de candidats issus de bacs technologiques et professionnels dans les filières courtes, et l’augmentation du nombre de places en BTS et en DUT. En effet, les lycéens sortant d’un établissement professionnel ou technologique sont les plus touchés par la non-attribution d’une affectation et l’échec scolaire en première année de licence. Ils exigent aussi l’augmentation des moyens accordés aux universités : un milliard par an pendant cinq ans. A notre agréable surprise, Frédérique Vidal a annoncé 700 millions d’euros supplémentaires pour son ministère (y compris donc la recherche) dans le cadre du budget 2018. Une annonce étonnante, après la coupe budgétaire à hauteur de 331 millions d’euros pour 2017 à laquelle les facs ont dû faire face.

La ministre Frédérique Vidal voudrait-elle étouffer la colère de la jeunesse, qui subit de multiples attaques du gouvernement Macron en cette rentrée ? Entre la loi travail XXL, la baisse des APL et la sélection à l’université, c’est avec détermination qu’un cortège de jeunesse s’était formé lors de la manifestation du 21 septembre. Avec l’expérience de la mobilisation contre la loi travail en 2016, on connaît la capacité des syndicats étudiants comme l’UNEF à accepter les miettes et laisser passer le reste. La partie des 700 millions réservée pour les facs, dont on ignore encore le montant exact, servira en premier lieu à combler le trou des 331 millions manquant cette année, et à aider partiellement les universités, surtout si cette augmentation ne vaut que pour 2018 et n’est pas récurrente. Au-delà des négociations, la jeunesse étudiante se doit d’apporter une réponse et faire entendre sa voix face à tant d’attaques de la part du gouvernement Macron, comme elle a pu commencer à le faire avec les débuts de mobilisations ces 12 et 21 septembre.

Crédit photo : tumblr masalledecoursvacrraquer




Mots-clés

Sélection à l’université   /    Lycées   /    Université   /    Education   /    Jeunesse