Genres et Sexualités

LES FORCES DE « L’ORDRE » PATRIARCAL ET TRANSPHOBE 

Affaire de la voiture de police brûlée : une femme trans détenue dans une prison pour hommes

Publié le 3 juin 2016

Parmi les cinq manifestant-es arrêté-es, à la suite de l’incendie d’une voiture de police lejeudi 26mai dernier, une femme trans, de nationalité américaine, a été mise en détention provisoire... dans une prison pour hommes.

Premier chef d’accusation : « tentative d’homicide volontaire sur un agent de police », suivi de « destruction de propriété et participation dans un groupe de personnes armées et masquées ».

Cette femme transgenre subit les violences d’Etat non seulement de la part de la justice, habituée à la relaxe pour les policiers, et à la prison désormais ferme pour les manifestants, mais aussi de la part des forces de police qui reproduisent la violence patriarcale et transphobe. Un « rappel à l’ordre » patriarcal d’une extrême brutalité qui n’est pas exceptionnel. De nombreux cas du même type sont rapportés lors de garde à vue, la police se servant des impositions de genre inscrites sur les cartes d’identité. 

Nous reproduisons ci-dessous le communiqué rédigé par le groupe de défense collective (Defcol)

Une manifestante placée en détention dans l’affaire de la voiture de police brulée (manifestation du 18 mai)

Communiqué du groupe de défense collective (Defcol)

samedi 4 juin

Après la manifestation du jeudi 26 mai, une jeune femme trans, Kara, a été interpellée à quelques rues de la place de la Nation. Placée en garde à vue, elle a ensuite été conduite au palais de justice et mise en examen dans l’affaire de la voiture de police brulée lors de la manifestation du 18 mai. Un communiqué du parquet, repris dans la presse, nous apprend qu’elle est accusée d’avoir jeté un poteau sur le pare-brise de la voiture.

Le 29 mai, le juge des libertés et de la détention incarcère Kara pour quatre jours, le temps pour celle-ci de préparer sa défense. Repassée jeudi 2 juin devant le JLD, Kara a été placée en détention provisoire.

Kara est de nationalité américaine. Elle a été présentée comme « un américain » par la presse et le parquet mais elle est trans et sa détention doit être adaptée à son cas. Elle doit aussi pouvoir avoir accès à son traitement hormonal.

Un article du parisien du jeudi 2 juin affirme que Kara a été repérée sur des « caméras de vidéosurveillance » grâce à sa « silhouette fine, bien particulière ». Comment peut-on prétendre identifier une personne masquée sur la base d’une simple « silhouette » ? Comme pour les autres personnes mises en examen dans cette affaire, ce sont des éléments particulièrement ténus qui conduisent des manifestants et des manifestantes à se retrouver en détention provisoire.
La répression s’adresse à toutes les personnes impliquées dans le mouvement social. La solidarité envers les personnes interpellées et mises en cause doit être totale.