Société

Nouveau costume, nouvelle chemise...

Air France  : De Juniac, le salaire de la peur

Publié le 16 mai 2016

Crédit Photo :
Merci pour ce million d’euros et au revoir... DR

Le PDG sur le départ d’Air France / KLM Alexandre de Juniac vient de réaliser son rêve : il avait déclaré que l’on n’avait pas réussi sa vie si on ne gagnait pas au moins un million d’euros, il a enfin atteint son but : son salaire 2015 augmente de 65 % et passe de 645 000 euros en 2014 à 1 060 000 euros !

Cet article a d’abord paru dans l’Hebdo Anticapitaliste du NPA le 16 mai 2016.

Correspondants

Les actionnaires et les investisseurs remercient souvent grassement les patrons qui font le sale boulot. C’est exactement ce que de Juniac a fait pendant les quatre années où il sera resté à la tête du groupe. Avec cynisme, le futur ex-PDG aura joué pendant quatre ans de la peur pour arriver à ses fins : supprimer 15 000 emplois en quatre ans, bloquer tous les salaires – sauf le sien – depuis 2012 (plus de 8 % de perte réelle), imposer des accords « Transform » amenant à revoir tous les accords collectifs pour imposer à des syndicats complices 20 % de productivité de plus pour les navigants comme pour le personnel au sol (perte de jours de congés, destruction des règles d’ancienneté, d’avancement, de promotion…).

Comme dans beaucoup d’autres groupes qui ont multiplié plans de suppressions d’emplois et augmentation du salaire du PDG, les arguments ont été les mêmes, relayés abondamment par les médias et le gouvernement : la musique de la peur, la compagnie allait mourir... Il fallait donc des gains de productivité pour affronter la concurrence. Les mêmes arguments crapuleux qui demain amèneraient les syndicats de centaines d’entreprises à accepter d’abandonner salaires, majorations et acquis des personnels si la loi El Khomri aboutissait...

Donc, de Juniac a obtenu son salaire de la peur… Mais il n’aura même pas appris à Air France qu’un mécano sérieux finit son boulot correctement. Lui quitte son boulot avant d’avoir fini le travail... Le rideau de l’enfumeur s’est déchiré et même des syndicats complaisants ont finalement compris que l’on se foutait de leur gueule.

Foutage de gueule...

Air France va bien et ni les syndicats de pilotes ni ceux des hôtesses et stewards n’acceptent de continuer de collaborer à ces attaques. Aucun n’a voulu pour l’instant signer de nouveaux accords scélérats. La direction veut passer en force en contraignant les pilotes à des efforts de productivité de 5 à 10 % amenant à des pertes de salaires de 8 à 9 %. Inutile de dire que si les pilotes cèdent à ces diktats, ce seront derrière les PNC et les personnels sol qui seront mangés à la même sauce.

Les mains blanches de M. De Juniac se contenteront d’empocher son million et de partir faire carrière comme président de l’Association internationale du transport aérien : nouveau costume, nouvelle chemise…