^

Notre classe

30 % d’avions annulés le 17 et le 18 avril

Air France : face aux propositions inconséquentes de la direction, la grève continue

Alors que le neuvième jour de grève est prévu ce mercredi chez les travailleurs d’Air France avec un taux de grévistes qui se maintient, la direction n’a toujours pas proposé d’accord sérieux aux représentants du personnel. Si la question des salaires est au centre des discussions, c’est aussi celle des conditions de travail qui doit être entendue.

Lundi soir, la direction d’Air France faisait une proposition à l’intersyndicale, à la veille du huitième jour de grève du secteur qui est en train de leur coûter cher. Après trois jours de négociations, Air France a finalement proposé une augmentation salariale immédiate de 2 % ainsi qu’une hausse de 5 % sur 3 ans. Chiffres qui pourraient être plus élevés chez les pilotes. Une manière de tenter de diviser les différents secteurs d’Air France, notamment entre le personnel naviguant et le personnel au sol – stratégie classique de la direction. Mais surtout une manière de commencer à calmer le jeu en trouvant le plus rapidement possible un moyen de faire cesser la grève, sans trop y perdre.

Si l’intersyndicale a refusé, pour l’instant, de signer cet accord, le qualifiant « d’indécent » ou de « farfelu » c’est que d’un côté les syndicats maintiennent leur revendication à 6 %, mais aussi et surtout que la hausse proposée par la direction est soumise à de multiples conditions. Selon la compagnie, la proposition de hausse pourrait être revue à la baisse « dans le cas où le résultat d’exploitation d’Air France serait inférieur à 200 millions d’euros » ou « en cas d’inflation plus élevée ou de résultat négatif ». Une large marge de manœuvre, donc.

D’ores et déjà, les travailleurs d’Air France prévoient leur neuvième journée de grève ce mercredi 18 avril. Tout comme mardi, le taux de grévistes est stable, et ce sont 30 % des avions qui devraient être annulés pour les deux journées, ce qui en fait un mouvement de grève historique pour ce secteur.

Si le terrain des négociations semble s’axer uniquement sur la hausse des salaires, c’est pourtant aussi la question des conditions de travail qui est en train de se poser chez les travailleurs d’Air France. Dans un article, le Monde a interrogé les salariés d’Air France, toute catégorie confondue, qui dénoncent des conditions de travail qui se détériorent, avec notamment une baisse d’effectifs depuis plusieurs années qui fait peser toute la charge de travail sur de moins en moins de salariés.

François Hamant témoigne ainsi au Monde qu’en tant que pilote il a vu « les heures de vol considérablement augmenter » car « les effectifs sont passés de 4 100 à 3 500 en cinq ans ». De même une hôtesse de l’air parle d’une « dette de fatigue de plus en plus dure à gérer car Air France ne recrute pas ». Des travaux qui induisent de sérieux problèmes de santé : « otites récurrentes, problèmes de surdité, mauvaise circulation sanguine, douleurs musculaires à force de tirer nos chariots de 60 kg », ou encore « les blessures que l’on se fait notamment pendant les turbulences ».

Cette grève n’est pas qu’une question d’augmentation de salaire, mais aussi une grève pour que soient reconnues à tous les niveaux la pénibilité du travail et l’insécurité des salariés quant à leur emploi, surtout depuis qu’Air France licencie et supprime de nombreux postes : près de 12 000 salariés en moins en cinq ans. Notamment quand de l’autre côté les dirigeants de la compagnie s’offre des augmentations de salaire mirobolantes. C’est la révélation d’une augmentation de 67 % de 14 dirigeants qui avaient mis le feu aux poudres en février.

La direction d’Air France qui tente de faire peser sur les salariés le manque d’embauche en ressortant le vieil argument d’un contexte économique qui ne serait pas favorable va devoir lâcher du lest, car les travailleurs d’Air France semble bien déterminés. Après le 17 et le 18, deux appels à la grève le 23 et le 24 avril ont déjà été lancés, toujours en même temps que les journées de grève des cheminots.

Crédit : Flickr - Planetnd




Mots-clés

Grève   /    Air France   /    Notre classe