^

Notre classe

Nos vies, pas leurs profits !

Air France : sous pression, une employée se suicide

Une enquête de l’inspection du travail vient d’être ouverte autour du suicide d’une employée d’Air France à l’escale de Nice, dans la nuit du 19 mars dernier. Dans la note qu’elle a laissée à sa famille, celle-ci mettait en cause ses conditions de travail.

Crédits photo : Gonzalo Fuentes / Reuters

On apprend un nouveau suicide chez Air France, celui d’une employée de 53 ans travaillant depuis plus de 30 ans pour le groupe. Elle avait déjà tenté de se suicider il y a trois ans de cela.

D’après la famille de la victime, celle-ci a laissé « des notes dans lesquelles elle parle de ce qu’elle a subi au travail ». Et ce n’est pas la première fois qu’Air France est mis sur le devant de la scène pour des événements aussi funestes.

Déjà plusieurs cas de suicides ont été mis en lien avec les méthodes managériales d’Air France que la compagnie tente de mettre sous le tapis, des techniques de management qui mettent toujours plus de pression aux employés. Et lorsque que la colère légitime des travailleurs explose face aux licenciements massifs qui les attendent et qu’une chemise est déchirée, cela finit par de la prison pour ces salariés.

La direction du groupe tente de décrédibiliser la mobilisation en cours à Air France en fustigeant la revendication d’augmentation des salaires, tout en passant sous silence celle concernant les améliorations des conditions de travail, alors même que l’urgence pour les salariés est criante.

Depuis deux mois les travailleurs d’Air France font connaître leur colère et se mobilisent, le mouvement de grève devant être reconduit les 17, 18, 23 et 24 avril. Alors que la contestation se durcit, la direction a de suite tenté de faire bonne figure en transmettant à l’AFP un message de condoléance où elle assure avoir mis en place un dispositif d’accompagnement psychologique pour les autres employées et qu’elle apporterait « son plein concours au déroulement de l’enquête ».

Quand nos conditions de travail dépendent du bon vouloir de patrons qui ne cherchent qu’à faire du profit sur notre dos, rien de bon ne peut nous attendre.




Mots-clés

souffrance au travail   /    Aéronautique   /    Air France   /    Notre classe