^

Jeunesse

Contre le « Plan étudiants »

Aix-en-Provence : la mobilisation continue contre la sélection

La mobilisation a repris à Aix-en-Provence avec une assemblée générale organisée par l'intersyndicale le 23 janvier. De plus en plus d'étudiants sont présents et motivés à mener des actions contre la réforme de l'université, contre la sélection. La mobilisation des personnels de Aix-Marseille Université est, quant à elle, toujours forte malgré la pression exercée par la direction.

Une centaine de personnes était de nouveau présente ce 23 janvier en assemblée générale pour lutter contre le « Plan Etudiants » et la sélection à l’Université. Cette AG s’inscrit dans le mouvement lancé en décembre . Le nombre d’étudiants présents à l’AG est croissant. Ils sont de plus en plus nombreux à rejoindre les personnels et étudiants déjà mobilisés.

Différentes prises de paroles de la tribune ont débuté l’AG. Le contenu de la réforme ainsi que les revendications ont été rappelés. Plusieurs évolutions de différents points de la réforme ont été développés :

- Fin de la sécurité sociale étudiante : il est désormais prévu que les étudiants rebasculent sur le régime de leurs parents. C’est donc la fin de l’autonomie des étudiants en matière de santé, posant le problème de leur infantilisation mais aussi des problèmes concernant le secret médical et la volonté de chacun de divulguer ce type d’informations à ses parents (contraception, dépistage MST…).

- Augmentation des frais d’inscription : la cotisation supplémentaire passe à 90 euros pour tous. Il semble que cet argent soit à destination du CROUS mais aucune précision n’est donnée sur son utilisation. Il s’agit en tout cas d’une nouvelle mesure qui grèvera le pouvoir d’achat de la population pendant que le gouvernement fait toujours plus de cadeaux aux grandes fortunes.
Ces mesures et l’évolution de ces points montrent bien dans quel flou agit le gouvernement avec cette réforme. Beaucoup de points sont encore très obscurs et présagent une catastrophe pour l’orientation des futurs bacheliers qui cette année seront les premiers sacrifiés si la loi passe.

Les différents intervenants ont souligné la nécessité de faire front commun avec les lycéens, professeurs du secondaire et parents d’élèves en incluant les revendications contre la réforme du Bac (instauration d’un contrôle continu, plus de copies anonymes, plus de rattrapage…). La présence de professeurs de lycée dans l’assemblée et l’intervention d’une représentante de la SNES FSU montrent déjà la convergence de ces luttes, la solidarité et la nécessité de faire front commun contre la casse de l’enseignement et de son accessibilité.

L’illégalité de la mise en œuvre de cette réforme, qui pour le moment est bien un projet de loi non voté et imposé, a été rappelée par une représentante de l’ASES. La directrice du Département des Études Hispaniques est également intervenue pour faire part de leur décision de ne pas faire remonter les fiches Parcoursup contenant les attendus. Une motion est également en cours de vote dans ce département.

Des faits de censure et de complicité locale ont été rapportés. Les diffusions d’informations organisées par la JC le matin même ont été interdites avec intervention des vigiles de la faculté. Il a été rappelé que le campus Schuman ne présente pas d’espaces ni panneaux d’affichage. De même, des enseignants ont dénoncé les pressions sur les personnels pour faire remonter les attendus, l’organisation de réunions du jour au lendemain, l’absence de communication, le tout pour contourner les différentes motions votées au sein des conseils. Les libertés démocratiques les plus élémentaires ne sont pas respectées, le droit à l’information sur ce projet qui menace d’instaurer la sélection à l’Université est bafoué. Á Aix-en-Provence comme ailleurs, la direction de l’Université craint que la mobilisation s’étende.

La détermination des personnels et étudiants mobilisés est au rendez-vous. Plusieurs actions et appels ont dores et déjà été votés : la création d’un comité de mobilisation pour Aix-en-Provence, un rassemblement à Aix-en-Provence le 1er Février, une mobilisation pour le jeudi 25 Janvier à 9h30 au conseil de l’UFR afin de demander la liberté de l’information et la mise en place d’espaces d’information, l’appel et soutien aux enseignants souhaitant aborder la réforme et communiquer sur ses dangers à leurs étudiants et une diffusion lors du Salon des Masters qui se tiendra à Marseille le 3 Février.

Plusieurs AG sont prévues dans la région, le jeudi 25 janvier à 12h30 sur le campus Saint Jérôme à Marseille et le 30 janvier à 12h30 sur le campus Saint-Charles à Marseille également. La bataille pour empêcher l’adoption du « Plan Étudiants » est désormais lancée.




Mots-clés

Sélection à l’université   /    Université   /    Jeunesse