^

Monde

Égalité des droits

Allemagne. En difficulté aux législatives, Merkel obligée de concéder le mariage pour tous

L'Allemagne est devenue le treizième pays européen à légaliser le mariage pour tous, après des années passées par les partis conservateurs à freiner cette revendication populaire.

Il n’aura fallu que quelques jours pour permettre aux députés allemands de voter la loi légalisant le mariage entre personnes du même sexe. Une « Blitzkrieg », comme l’ont défini certains journaux, qui a fait suite à la déclaration de la chancelière Angela Merkel, en campagne pour les législatives de septembre prochain, d’ouvrir la possibilité à ce que ce vote soit fait « en conscience » par les députés. Mais cette « Blitzkrieg » s’apparente bien plutôt à une course de longue haleine pour les couples homosexuels. En effet, cela faisait depuis plus de vingt-sept ans que la LSVD, la fédération gay et lesbienne allemande, revendiquait ce droit, qui n’était que le prolongement logique du « partenariat enregistré » (PACS allemand), en vigueur depuis 2001 et qui donnait les mêmes droits aux couples homosexuels qu’au couples hétérosexuels, mis à part sur la question de l’adoption.

Manœuvres parlementaires

Si ce vote historique a dû attendre autant d’années, ce n’était pas du fait de l’opinion populaire qui, d’après les derniers sondages, était favorable à 73% au mariage gay. Au cœur du blocage, la position de la chancelière Angela Merkel, de son parti conservateur la CDU et de son allié la CSU, cherchant à « protéger les valeurs de la famille ». Mais à l’approche des législatives de septembre prochain, Angela Merkel a voulu ouvrir cette porte, pour se donner une allure « progressiste », avec cette « liberté de conscience » donnée aux députés – qui n’avaient donc plus à respecter de discipline de vote. Profitant de cette ouverture, les sociaux-démocrates allemands (le SPD), en difficulté pour les prochaines élections, ont alors décidé de rompre le bloc parlementaire qu’ils composent avec les conservateurs (la « grande coalition ») depuis 2013 et de pousser le Parlement au vote avant la clôture estivale de la session parlementaire. Un succès, puisqu’une majorité, composée des députés du SPD, des Verts et de la gauche radicale, ainsi qu’une partie de députés conservateurs, a voté la loi.

Cette victoire parlementaire n’en reste pas moins une victoire pour les couples homosexuels et pour l’égalité des droits, dans un pays où l’homophobie est toute aussi forte qu’en France. Mais ce n’est certainement pas du fait des institutions prétendument démocratiques dans les pays européens, capables de repousser une avancée vers l’égalité soutenue par la majorité de la population pendant si longtemps. Un groupe de députés conservateurs espèrent d’ailleurs repousser à nouveau le projet, en faisant un recours devant la cour constitutionnelle, que certains observateurs allemands, dont le journal Der Spiegel, voient déjà comme un moyen pour les conservateurs de reculer au moins l’échéance. Et on ne peut pas dire mieux du parti social-démocrate allemand qui, tout en s’opposant aux conservateurs dans les prochaines législatives, avait maintenu un statuquo pendant plus de quatre ans, pour ne pas faire tomber la coalition au pouvoir à laquelle ils participent. Un choix qui n’est pas sans rappeler le choix du Parti Socialiste au pouvoir en France d’avoir fait durer pendant des mois les débats sur le mariage pour tous, laissant la porte ouverte au déferlement homophobe de la Manif pour tous dans nos rues. Mariage ou non, c’est à chacun de décider, mais sûrement pas aux conservateurs et aux réactionnaires !




Mots-clés

LGBTQI   /    Allemagne   /    Monde