Monde

Pendant ce temps là outre Rhin...

Allemagne : Plus de militarisation, plus de répression envers les migrants

Publié le 6 septembre 2016

Si l’on suit les nouvelles des derniers jours, on pourrait penser qu’une guerre s’est déclenchée. Provisions ! Surveillance ! Armée à l’intérieur du pays ! Les politiciens commencent par une série de nouvelles mesures sécuritaires.

Plusieurs attentats ont secoué la Bavière au mois de juillet. Les conséquences ont été des considérations dans la panique pour savoir comment simuler à l’avenir plus de sécurité. En Bavière par exemple, doit se tenir le « Wiesn » (fête de la bière à Münich, sur la Theresienwiese) le plus sûr de tous les temps. La région doit être clôturée, les sacs à dos interdits.

On est en droit de se demander si ces mesures vont réellement empêcher les attentats. Il est impossible de clôturer tous les espaces publics et on ne peut pas mettre en place à chaque coin de rue des contrôles semblables à ceux des aéroports.

D’une manière générale, le Wiesn ne sera pas plus « sûr », car les barrières ne peuvent rien contre le sexisme et les bagarres entre les hôtes. Ces nouvelles mesures vont aussi renforcer le racisme
- un poids de plus pour les personnes qui n’apparaissent pas comme le dernier Seppel (ceux qui portent la tenue bavaroise) auprès des gardiens à l’entrée.

La déclaration de Berlin

 

Une aggravation des mesures sécuritaires n’aura pas lieu que sur la Theresienwiese ; le gouvernement, et particulièrement l’Union (CDU et CSU), prévoit plus grand. Les ministres de l’Intérieur de l’Union se sont rencontrés à Berlin et après un long brainstorming, ont fièrement annoncé la déclaration de Berlin. Celle-ci a surtout attiré l’attention car elle prévoit l’interdiction de la burqa, et ce d’une manière qui n’est pas clairement précisée.

Dans la déclaration de Berlin il n’y a cependant bien d’autres points importants. Netzpolitik a résumé les souhaits de l’Union sur ce sujet. La conservation des données, qui a de nouveau été adoptée à l’automne 2015 et est encore inscrite dans la constitution, doit être largement étendue. Les services secrets auront plus de pouvoir. La vidéosurveillance sera également étendue et intensifiée. La police sera encore davantage militarisée, comme cela a déjà été fait pour l’unité spécial BFE.

L’Union récupère une partie du programme de l’AFD

 

Les mesures anti-terrorisme ont déjà été développées durant les mois derniers. Ces lois sont couplées avec des attaques aux droits des migrants. Après d’innombrables restreintes au droit d’asile sur un discours raciste, l’Union voudrait en plus revenir sur la double nationalité. Le secrétaire général du CSU, ainsi qu’Andreas Scheuer, secrétaire général du CSU, ne veulent pas que le passeport allemand devienne un « article jetable ». Le passeport allemand serait réservé à des personnes de mérite. Le débat est agrémenté d’un commentaire de la chancelière sur le devoir de loyauté des migrants envers l’Allemagne.

A travers la peur constante des attaques terroristes, un débat a aussi été lancé autour de l’intervention de l’armée durant les attaques. Les revendications sont jusqu’à présent restées assez vagues. Ce que doit faire l’armée n’est pas encore décidé. Pourtant, un essai de l’armée sur le territoire doit déjà avoir lieu en novembre. Rien ne change concernant le service militaire. Il ne doit être réintroduit qu’en cas de nécessité de défense du territoire et de tension importante. Mais remettre ce sujet à l’ordre du jour est un signal d’alarme.