^

Politique

Cahuzaqueries

Annonce du gouvernement décalée : des déclarations fiscales pas si transparentes ?

Rien ne serait moins propice au nouveau gouvernement, dont le succès tient pour beaucoup à l’affaire Fillon, qu’un scandale sur les déclarations fiscales des ministres. Et pourtant, en termes de transparence, le nouveau président comme son premier ministre sont déjà bien écornés. CREDIT PHOTO : GEOFFROY VAN DER HASSELT / 16 mai 2017

Pour éviter une nouvelle affaire Thévenoud ou autre Cahuzaquerie, le président a décidé de reporter l’annonce de son gouvernement à mercredi, le temps de passer les déclarations fiscales et de patrimoine des futurs ministres au peigne fin.

Et pour cause, transparence, renouveau, déontologie…. Voilà le mot slogan du gouvernement qui doit pourtant, pour beaucoup, sa place aux affaires : affaire Cahuzac et Thévenoud qui ont participé à la perte de crédibilité du gouvernement PS d’Hollande et surtout l’affaire Fillon – autant que son obstination à se maintenir – à qui la victoire de Macron doit beaucoup.

Officiellement, le report de l’annonce du nouveau gouvernement est lié à un souci de transparence dans l’idée d’afficher une véritable déontologie. « Conformément à ses engagements de moraliser la vie publique, le Président de la république en lien avec le Premier ministre, a souhaité introduire un temps de vérification afin que la direction générale des Finances publiques et la Haute autorité pour la Transparence de la vie publique puisse réaliser les diligences nécessaires…. » (Communiqué de l’Elysée, 16 mai 2017).

Bien entendu, ce report de dernière minute, comme l’annonce faite dans l’attente du nouveau premier ministre ce lundi 15 mai, font surgir certains doutes : les futurs ministres, à l’image d’Edouard Philippe qui a refusé de se soumettre à une évaluation de son patrimoine auprès de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP), ont-ils également des choses à cacher ? ou bien comme Emmanuel Macron – en 2016, il est épinglé par le fisc et doit payer rétroactivement l’Impôt Sur la Fortune, en plus de déclarer en 2017 un patrimoine de 200000 euros, soit très peu au vue des revenus perçus lors de ses activités de banquier d’affaire et de ministre– doivent-ils préparer des « éléments de langage » adéquats pour justifier d’une discordance dans leurs déclarations ?

Derrière « l’image de marque » et de renouveau que Macron souhaite donner à son mouvement et à son futur gouvernement, le prochain quinquennat s’annonce surtout comme le grand recyclage du traditionnel personnel politique et de ses affaires. La nomination d’Edouard Philippe et la longue liste de gauche comme de droite des soutiens à Macron sont là pour nous le rappeler. Une opération-nettoyage à peu de frais dont les effets risquent bien de ne pas durer bien longtemps.




Mots-clés

Édouard Philippe   /    Macron   /    Cahuzac   /    Politique