Culture et Sport

La lutte continue...

Appel poétique à la révolte : "le révolutionnaire"

Publié le 29 juillet 2016

Margault Menard

Margault, étudiante, aime écrire des poèmes à ses heures perdues. Impactée par les 5 derniers mois de mobilisation contre la loi travail, elle a souhaité partager avec nos lecteurs cet appel à la révolte qu’elle a composé sur le modèle du "Déserteur" de Boris Vian.

Monsieur le président

Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps
Je viens de recevoir
Mes contrats de labeur
Pour bosser quarante heures

Répondant au pouvoir

Monsieur le président
Je ne veux pas les faire
Je ne suis pas sur terre
Pour périr sans argent
C’est pas pour vous fâcher,
Il faut que je vous dise,
Ma décision est prise
Je m’en vais protester

Depuis que je suis né
J’ai vu mourir mon père
J’ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants
Mon corps a tant souffert
Du travail à la chaîne
Que ce serait chimère
De penser sans colère

Quand j’étais innocent
Je lisais Germinal
A la rose en sang
Marre d’être animal
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes,
J’irai sur les chemins.

Je déchaînerai l’ordre
Sur les routes de France
De Bretagne en Provence
Et je crierai aux gens :
« Refusez d’obéir,
Refusez de céder
Hurlez Liberté
Refusez d’asservir »

S’il faut donner sa vie
Allez donner la vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le président.
Rêvons d’une utopie
D’abolition du cens
Au non d’une sujétion
Crions Révolution !

partager

Mots-clés