^

Monde

La crise diplomatique la plus importante des dernières années

Après l’Iran, offensive anti-qatari dans le Golfe

Quatre pays du Golfe, dont l’Arabie Saoudite, et l’Egypte suspendent leurs relations diplomatiques avec le Qatar et ouvrent une situation très risquée dans une région plus que délicate. Certains parlent de la crise diplomatique régionale la plus importante des dernières années mais avec des conséquences qui vont au-delà.

La mesure a été coordonnée et semble avoir pris tout le monde par surprise. L’Arabie Saoudite, le Bahreïn, le Yémen, les Emirats Arabes Unis (EAU), l’Egypte et les Îles Maldives ont annoncé la suspension de leurs relations diplomatiques avec le Qatar. Ils accusent ce dernier de financer des groupes islamistes radicaux, dont Al Qaeda et même Daesh, et ainsi présenter un danger pour la sécurité de ces pays. Au Yémen, le Qatar est accusé de soutenir la rébellion Houthi, liée à l’Iran, rival régional de l’Arabie Saoudite.

Cette suspension des relations avec le Qatar implique le rappel de leurs diplomates actuellement dans le pays du Golfe, la suspension des communications par voie terrestre et aérienne (six compagnies aériennes régionales ont déjà annoncé la suspension de leurs vols vers et depuis le Qatar), la fermeture de l’espace aérien de ces pays pour les compagnies qataries, l’interdiction des ressortissants de ces pays de se rendre au Qatar et la demande aux ressortissants du Qatar, visiteurs ou résidents permanents des cinq, de partir dans un délai de 14 jours.

En plus de l’impact diplomatique, cette décision a eu des conséquences sur les marchés financiers qui se sont effondrés. Depuis Doha, on affirme que cette mesure n’est pas « justifiée » et on dénonce une action coordonnée pour déstabiliser et affaiblir la position du Qatar.

Beaucoup d’interrogations surgissent suite à cette mesure drastique et surprenante. En effet, cette décision intervient deux semaines après la visite de Donald Trump dans la région et qu’il ait donné un soutien politique et militaire clair à l’Arabie Saoudite et ses alliés contre l’Iran, afin de consolider une alliance antiterroriste avec des pays de la région. A cette occasion, les discours anti-iraniens ont fusé de la part de Trump.

Il est possible que, se sentant forts de ce soutien de taille, l’Arabie Saoudite et ses alliés aient décidé de régler les différends à l’intérieur du « bloc sunnite ». En effet, les frictions entre le Qatar et les pays voisins ne sont pas nouvelles. Elles se sont accélérées et approfondies notamment suite au processus des « révolutions arabes », quand la chaine d’information qatarie Al Jazeera s’était montrée à plusieurs reprises « favorable » aux mobilisations.

Mais le point le plus fort de la crise diplomatique avait été 2014, lorsque l’Arabie Saoudite, les EAU et le Bahreïn avaient rappelé leurs diplomates pour protester contre le soutien qatari aux Frères Musulmans en Egypte renversés par le coup d’Etat du général Al Sisi.

Le Qatar est devenu en effet un pays où les opposants politiques des monarchies du Golfe trouvent souvent refuge. C’est aussi un point d’appui pour diverses tendances de l’islam politique comme les Frères Musulmans mais aussi pour des groupes liés à Al Qaeda, comme l’ancien front Al Nusra en Syrie. Ce n’est pas un hasard non plus que ce soit au Qatar que les principaux leaders du Hamas palestinien aient trouvé refuge.

Le régime saoudien et ses alliés voient vraisemblablement le Qatar comme un potentiel rival sur le plan idéologique et politique. Evidemment, cela ne veut aucunement dire que le régime qatari représenterait une alternative « progressiste » pour les masses de la région. La Qatar reste une monarchie profondément hostile aux classes populaires et aux travailleurs. Une monarchie pro-business mais prônant une approche de l’islam politique peut-être plus « modéré » ; ou en tout cas qui essaye d’apparaitre (un peu) moins ouvertement rétrograde que le régime saoudien.

Cependant, ce « règlement de comptes » au sein du bloc sunnite, pro-impérialiste, pose une menace pour la stratégie de Trump au Moyen Orient. En effet, si Trump, en ressortant le discours anti-iranien, cherchait à donner une « cause commune » aux pays sunnites pour s’engager d’avantage dans « la lutte contre le terrorisme », la division du bloc sunnite est une très mauvaise nouvelle. Ce n’est pas un hasard si Rex Tillerson, le Secrétaire d’Etat nord-américain, a déclaré qu’il voulait que tous les pays se mettent autour de la table pour régler leurs différends. Certains vont jusqu’à s’interroger sur la possibilité que Trump soit au courant de cette mesure.

Sur le plan militaire, ces frictions diplomatiques au Golfe représentent également un obstacle pour les Etats Unis. Le Qatar est un allié central de l’impérialisme nord-américain dans la région. Dans ce pays, l’armée étatsunienne possède une base aérienne. En outre, des milliers de conseillers et responsables militaires travaillent dans le pays et dans les autres Etats de la région. Si les relations entre le Qatar et ses voisins sont rompues, cela va être difficile de les faire travailler ensemble dans la lutte contre le terrorisme dans la région.

Dans les prochains jours on verra comment évolue la situation mais on pourrait être face à un nouveau front de problèmes, inattendu, dans la région. Et un conflit ouvert et durable entre le Qatar et ses voisins pourrait reconfigurer le jeu d’alliances régionales et avoir aussi des conséquences lourdes sur les plans des puissances impérialistes. Une crise à suivre de près.




Mots-clés

Qatar   /    Arabie Saoudite   /    Proche et Moyen-Orient   /    Monde