^

Politique

« Pognon de dingue »

Après le service vaisselle, Macron se paye une nouvelle piscine au Fort de Brégançon

Après la vaisselle à 50 000€, Emmanuel Macron, insatisfait de la plage privée à sa disposition, entend aménager une piscine dans l'enceinte du Fort de Brégançon. Coût estimé, entre 10.000 et 15.000 euros.

Crédits photo : Maxppp

Après la polémique sur la vaisselle de l’Élysée, le Président de la République voudrait faire installer une piscine dans son lieu de villégiature à Fort de Brégançon dans le Var. Déjà à l’été 2017 Macron avait souhaité un rafraîchissement de la bâtisse classée monument historique (peinture, électricité, technologie, nouvelle cuisine).

Cette fois-ci, selon l’Élysée, l’argument est que la plage privée ne serait pas assez isolée et ne permettrait pas au couple présidentiel suffisamment d’intimité. Autrement dit, il apparaît pour Jupiter inconcevable de risquer d’être en contact, si lointain soit-il, avec la plèbe durant ses vacances.

Le coût de l’installation de la piscine serait estimé entre 10.000 et 15.000 euros, compris dans les 150.000 euros alloués pour la rénovation et l’entretien de la résidence de villégiature de la République. Budget conséquent pour un fort fermé au public, dont bénéficient uniquement les pontes de l’État.

Une histoire qui survient juste après la déclaration de Macron à propos des aides sociale qu’il avait qualifiées de « pognon de dingue ». Avant d’effectuer une nouvelle baisse, cachée cette fois-ci, des APL de 5€, qui ne sont plus indexées sur l’indice de révision des loyers.

Pendant que Macron et son gouvernement détruisent méthodiquement les acquis sociaux des travailleurs, l’accès aux études pour les classes populaires ou bien encore les aides sociales pour les plus démunis, le « président des riches » ne manquent pas de se faire plaisir. Après le service vaisselle à 50.000€, voici donc venue la piscine privatisée au Fort de Brégançon. Un « pognon de dingue » dépensé pour le confort de Jupiter et sa compagne, pour reprendre des forces entre deux attaques brutales contre les travailleurs et les classes populaires. Il faut, il est vrai, recharger les batteries avant de s’attaquer à la sécurité sociale et aux retraites...




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Politique