Monde

20.000 personnes attendues

Argentine : Le meeting de l’extrême-gauche le plus important des 30 dernières années

Publié le 18 novembre 2016

Ce samedi 19 novembre, à Buenos Aires, aura lieu le meeting le plus important de l’extrême-gauche en Argentine des 30 dernières années. 20.000 travailleur(se)s, femmes et jeunes sont attendu(e)s à ce meeting qui sera clôturé par Nicolas del Caño, ex-candidat à la présidentielle pour le FIT (Front de l’extrême-gauche et des travailleurs)

Le FIT est un front dont font partie les principales organisations d’extrême-gauche en Argentine : le PTS (Parti des Travailleurs pour le Socialisme) , le PO (Parti Ouvrier) et IS (la Gauche Socialiste)

Ce front a aujourd’hui 4 députés au niveau national et des dizaines de députés régionaux et locaux. Les organisations qui le composent ont une influence dans des centaines d’usines et sont présentes dans les principaux syndicats du pays, dont le syndicat de l’agro-alimentaire, des travailleurs graphiques, céramistes, le syndicat du pneumatique, de l’automobile, des enseignants, des travailleurs des hôpitaux, du métro, des cheminots, des travailleurs des aéroports, des bus, des banques, entre autres. Ces organisations ont également conquis une influence et dirigent des fédérations du mouvement étudiant, au sein des universités, des écoles et des lycées. Elles ont aussi une influence au sein du mouvement des femmes, qui vient d’être à l’initiative d’une mobilisation d’ampleur contre les violences faites aux femmes et les fémicides, avec le slogan #NiUnaMenos. (pas une de moins).

Nicolas del Caño, ex-candidat à la présidence pour le FIT et dirigeant du PTS, a affirmé : « ce sera le meeting le plus important de l’extrême-gauche des 30 dernières années. Il peut devenir une démonstration de force, et l’expression du mécontentement et de la rage de millions de travailleurs face aux attaques du gouvernement Macri, de droite, mais aussi des gouvernements régionaux dirigés par les péronistes, qui sont dans l’opposition et qui ne préparent pas la lutte contre les mesures anti-ouvrières du gouvernement Macri au niveau national. Le FIT commence à devenir une alternative pour toutes celles et ceux qui veulent lutter contre les directions syndicales vendues, pour toutes les femmes qui descendent dans la rue pour exiger #NiUnaMenos, pour les étudiants qui résistent face aux attaques. Au stade du club Atlanta, ce samedi 19 novembre, il y aura celles et ceux qui défendent le fait que les députés gagnent le même salaire qu’un instituteur et qui refusent des salaires faramineux pour ces politiciens des partis traditionnels. Le référent du PTS et du FIT a souligné le fait que « la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis nous renforce dans la conviction qu’il faut construire des organisations puissantes au niveau national, mais aussi international, qui luttent pour un gouvernement des travailleurs, de rupture avec le système capitaliste, qui n’offre que guerres, famine, racisme, xénophobie et misogynie ».

Myriam Bregman, député national du FIT et dirigeante du PTS, prendra également la parole. Concernant l’objectif de ce meeting, Bregman a affirmé : « il s’agit de faire une démonstration de la force que l’extrême-gauche peut mobiliser, pour préparer la résistance et la lutte face aux attaques et aux plans d’austérité qui nous sont infligés par le gouvernement et face aux prochaines attaques également. Nous voulons construire une organisation qui ait comme objectif stratégique d’en finir avec une société où 40% de la population survit avec des salaires trop bas, où les femmes sont soumises à la violence machiste et sont assassinées, victimes de fémicides et d’avortements clandestins. Une société où la jeunesse n’a pas d’avenir car le taux de chômage est deux fois plus important chez les jeunes que dans le reste de la classe ouvrière ».

Ce meeting sera l’occasion de rassembler des milliers de travailleur(se)s, jeunes et femmes, qui mènent des batailles au jour le jour dans les usines, les lieux de travail, les universités, les lycées et les quartiers.

Avec Nicolas del Caño et Myriam Bregman, prendront la parole le dirigeant du syndicat des travailleurs du métro de Buenos Aires, Claudio Dellecarbonara, ainsi que des référents du PO et de la Gauche Socialiste, tels que Ruben Sobrero et Nestor Pitrola, entre autres.