^

Monde

Economie

Argentine. Les actifs de la dette et du trésor participent activement à la perte de valeur de la monnaie nationale

Hier, le peso perdait de nouveau de sa valeur pour clôturer la journée sur le taux d’un dollar pour 28.78 pesos. A travers la hausse des taux d’intérêts des Lebacs (Actifs à court terme de la banque centrale) et des Letes (Bons du Trésor Argentin) le mécanisme de dette continue sa main mise sur le pays, enfermé dans un processus de stagflation.

La Izquierda Diario

Après deux jours de baisse de la valeur du dollar, hier il a augmenté de onze centimes et clôturé à 28,78 $, selon la moyenne élaborée par la Banque Centrale. Dans le segment des grossistes, le billet vert a grimpé de 27 centimes et a atteint 28,07 $ pesos pour un dollar.

Pendant ce temps, la Banque Centrale a de nouveau mis aux enchères 100 millions de dollars américains à un prix moyen de 28,0197 $ (Pesos) et un prix minimum de 28,00 $ (Pesos).

L’analyste Gustavo Quintana a expliqué au journal « Ambito Financiero » qu’hier « il y a eu un marché assez réduit à cause du jour férié aux Etats-Unis, car les vendeurs les plus importants (les investisseurs américains) n’étaient pas présents. Il n’était donc pas étonnant que le marché réagisse après deux jours de lourdes pertes et se stabilise à nouveau au-dessus de 28,10 $.

« PR Corredores de cambio » (Courtiers à la Bourse de Buenos Aires) a déclaré au journal « El Cronista Comercial » que « le peu d’opérations enregistrées à la date et l’absence de plusieurs des acteurs les plus importants minimisent l’ampleur de la correction d’aujourd’hui, même si cela peut laisser présager un changement de tendance qui pourrait se traduire par une reprise à la hausse du taux de change. Seulement après demain, lorsque l’activité se normalisera, on pourra avoir une idée plus claire de l’évolution du dollar dans un scénario dans lequel la dérive des autres monnaies régionales peut entrainer de l’instabilité sur la place domestique ».

D’autre part, les taux des Lebacs, bon de la dette Argentine tenue en grande partie dans les mains des entreprises des États centraux, sur le marché secondaire ont montré des baisses de leurs rendements, après la hausse de mardi : aujourd’hui, dans l’échéance à 14 jours, il a fonctionné à 56%, contre 61% la semaine dernière. Ce mécanisme de perte de valeur de la monnaie lié à une main mise impérialiste sur la dette du pays rappelle comment le mécanisme de dette internationale est avant tout une méthode d’asservissement et d’adaptation des pays semi-coloniaux comme l’Argentine aux nécessités du capital international.

Aujourd’hui nous connaîtrons le résultat de l’offre des Letes à un an, qui peut être souscrite en dollars, en pesos ou en échangeant des Lebacs. Mesure annoncée par le Ministère des Finances pour diminuer le stock de Lebacs et atténuer la pression sur le marché des changes. Nouvel endettement qui ne fait que reporter le problème.

Le gouvernement a lancé un ensemble de mesures visant à arrêter la panique bancaire, comme l’augmentation des réserves obligatoires bancaires en dollars, et l’accroissement des appels d’offre des Letes auxquels on peut accéder avec des Lebacs. Cependant, on ne sait pas encore si la monnaie a trouvé son plafond ou s’il y aura de nouvelles secousses. La crise est toujours ouverte, et ces différentes méthodes, loin de représenter une solution, ne font qu’enterriner la dépendance du pays au capital étranger et la dilapidation des actifs financiers nationaux à travers le remboursement du mécanisme de dette et de ses intérêts.




Mots-clés

Économie internationale   /    Argentine   /    Monde