^

Jeunesse

Les étudiants en mouvement

Assemblée Générale à Paris 3 : vote du blocage de l’université et soutien aux Gilets Jaunes

Ce lundi 3 décembre à midi s’est tenue une assemblée générale à Censier, dans la cour de l'université Paris 3. A l'ordre du jour, opposition à l'augmentation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers et soutien aux Gilets jaunes.

Dans la lignée de nombreuses universités à Paris – Paris 1, Paris 8, Marseille, Montpellier, etc, – l’université de Paris 3 accueillait aujourd’hui sa première assemblée générale de l’année, contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, qui passeront de 170 à 2770 euros pour les étudiants en licence, et de 243 à 3770 euros pour les masters.

Dans cette fac où 1 étudiant sur 3 est un étudiant étranger, l’annonce d’une telle mesure ne laisse pas indifférent. Le Conseil d’Administration s’étant opposé par le vote d’une motion cette semaine à cette hausse des frais d’inscription, l’ensemble des étudiants présents est bien conscient que ce n’est là qu’une étape, et que la réelle opposition se fera par une mobilisation dans la rue.

Le ton radical et l’ambiance insurrectionnelle donnés par les Gilets Jaunes ces dernières semaines et en particulier ce samedi 1er décembre, a là encore trouvé un écho important puisque, à la suite des lycéens qui ont bloqué plus d’une centaine de lycées partout en France aujourd’hui, les étudiants ont donc appelé à construire une mobilisation de la jeunesse, pour établir un vrai rapport de force et faire plier le gouvernement.

Mais si la hausse des frais d’inscription à l’université est dénoncée et rencontre une opposition parmi les étudiants présents (actée par une motion unanimement votée à la fin de l’AG), les revendications sont loin de s’arrêter là. Dans les différentes interventions, le « Président des patrons et des riches » est pointé du doigt, tout comme l’injustice de sa politique qui, après la suppression de l’ISF, ne cesse de précariser les population les plus pauvres, à travers la hausse des taxes sur le carburant, et la baisse des APL entre autres, et qui accentue maintenant encore une fois la sélection sociale à l’université. En effet, l’assemblée est consciente que si aujourd’hui ce sont les étudiants hors union européenne qui sont attaqués, et qu’il est déjà annoncé que l’augmentation se fera pour tous les étudiants dans les années à venir, les attaques de Macron vont bien au-delà de l’université et sont incessantes depuis le début de son quinquennat : « Demain ce sera autre chose, et après-demain encore autre chose » clame un étudiant en insistant sur la nécessité de stopper cette avalanche de contre-réformes et d’attaques contre les plus précaires.

Le mouvement des Gilets Jaunes, et leur colère « extrêmement légitime » pour les étudiants présents, sont dans toutes les bouches et les esprits. Ainsi le projet de rejoindre le comité Justice pour Adama et l’intergare samedi prochain, avec un cortège interfac a été proposé, ainsi que celui (massivement voté) de bloquer l’université mardi 4 décembre et participer à une mobilisation nationale de la jeunesse, en ce moment particulièrement portée par les lycées, contre la politique du gouvernement Macron. « La vraie convergence des luttes, elle est là » s’exclame une étudiante, « Samedi, il va peut-être y avoir un vrai rapport de force, ne laissons pas le wagon passer. »

Crédit. THOMAS SAMSON/AFP




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Convergence   /    mouvement étudiant   /    Sélection à l’université   /    Université   /    Jeunesse