^

Monde

Attentat

Attentat sur le bus à Dortmund : vers un nouveau tour de vis sécuritaire ?

Hier soir, à 19h15, le bus des joueurs du Borussia Dortmund a été la cible d'une attaque à la bombe. Plusieurs personnes, dont un joueur, ont été blessés.

Les trois explosions se sont produites vers 19h15 à proximité de l’hôtel de l’équipe, que le bus venait de quitter, et visaient directement le véhicule, a indiqué le chef de la police locale. Ils se rendaient au stade pour un quart de finale aller de Champions League contre l’AS Monaco.

Les explosifs semblent avoir été dissimulés dans une haie et actionnés au passage du bus. Selon le quotidien Bild, les enquêteurs pensent avoir affaire à des bombes artisanales. Les autorités allemandes ont immédiatement ouvert une enquête pour « tentative d’homicide », sans utiliser la qualification d’attentat terroriste, soulignant qu’il était trop tôt pour tirer des conclusions. La police a indiqué ne pas vouloir donner de détails sur l’enquête « pour des raisons tactiques » comme cela a été le cas lors de l’attaque du marché de Noël de Berlin.

Trois bombes dissimulées dans une haie ont explosé. Les vitres du bus ont été soufflées par l’explosion et des projectiles sont venus se loger dans le bus dont un morceau de fer dans un appui tête d’un des sièges du bus. Le défenseur international espagnol Marc Bartra, ancien joueur du FC Barcelone, a été blessé. Il a été opéré dans la soirée de mardi d’une fracture du poignet, avec succès selon le club, et soigné pour des coupures à l’avant-bras. L’un des policiers en moto escortant le bus vers le stade a été légèrement blessé.

Selon la porte-parole du parquet fédéral allemand, l’acte a été « motivé par des raisons terroristes ». Elle a indiqué que plusieurs lettres de revendication de l’attaque ont été retrouvées sur place. Dans l’une d’elles, l’auteur se revendique de l’État islamique. Dans une autre, publiée sur internet, l’auteur se réclame de groupes d’extrême-gauche. Mais il existe de « gros doutes » sur son authenticité. Cette dernière a été publiée sur un site internet anti-fasciste. Cela serait parce que le BVB est trop conciliant avec les supporters racistes et néonazis que le bus aurait été visé, mais l’intention n’aurait pas été de s’en prendre aux joueurs. Néanmoins, la police allemande examine surtout la piste « islamiste » excluant celle d’ « extrême gauche ». Deux suspects « islamistes » ont été identifiés, dont un a été interpellé, a annoncé le Parquet.

Dans une des lettres, il y est revendiqué le retrait de Syrie des avions de combat Tornado allemands et la fermeture de la base militaire américaine de Ramstein, en Allemagne, qui sert notamment au programme de drones militaires envoyés en Syrie.

Les effectifs des policiers déployés ont augmenté à Dortmund ainsi qu’à Munich où ce soir il y aura un autre quart de final de Champions League entre le Bayern de Munich et le Réal de Madrid. Il faut s’attendre, dans tous les cas, à une augmentation drastique des contrôles, de la présence militaire et policière dans les rues allemandes. L’attentat du marché de Noël avait permis à Merkel de durcir sa politique migratoire et de refouler et expulser toujours plus de migrants fuyant la guerre et la misère. Cette même guerre à la quelle l’État allemand participe au Moyen-Orient.

Face à ces actes barbares, Merkel, les autorités allemandes et l’UEFA sont en passe de déployer de nouvelle force de police. Plus de répression donc, alors même que dans le même temps, l’Allemagne participe aussi bien directement qu’indirectement au chaos au Moyen-Orient. Dernièrement, Merkel a approuvé les bombardements de Trump en Syrie, tandis qu’elle participe au sein de la coalition en Syrie, une fuite en avant guerrière donc. Il s’agirait au contraire d’exiger l’arrêt immédiat des bombardements qui tuent et massacre le peuple Syrien. D’autres manifestations de solidarité des peuples se sont exprimés dans les tribunes de l’ex Westfalenstadion, où les supporters monégasques chantaient « Dortmund ! Dortmund ! » et frappaient dans leurs mains sous les applaudissements des supporters du BVB. Ces derniers ont offert à leurs adversaires du soir de les héberger pour la nuit, notamment via le hashtag #bedforawayfans sur Twitter pour qu’ils puissent assister au match repoussé à ce soir 18h30. Souvenons nous également qu’en 2015 les supporters de Dortmund avaient déployé une banderole « refugees welcome » dans les tribunes. Une semaine avant cette banderole, à l’occasion du match d’Europa League, le club de la Ruhr avait également offert des places à 220 réfugiés pour la rencontre entre le BVB et les Norvégiens du Odds Ballklub.




Mots-clés

Impérialisme   /    Attentat   /    Vos guerres, ’no more’ !   /    Monde