Notre classe

Le mouvement contre la pause méridienne s’amplifie

Au Havre La poste refuse les négociations : blocage du centre de distribution

Publié le 23 septembre 2016

Voici bientôt deux semaines que les travailleurs du centre de distribution de la poste au Havre sont en grève pour lutter contre une pause méridienne que veut leur imposer la direction de la Poste. Cette loi méridienne tente d’être appliquée partout dans le pays mais de façon désynchronisée depuis plusieurs années pour que les luttes ne se coordonnent pas. Au Havre la réponse est à la hauteur de l’attaque.

Maryline Dujardin

Vendredi matin, dans un contexte où les négociations étaient complètement fermées de la part de la direction depuis le début du mouvement, les grévistes et l’intersyndicale des ULs du Havre ont amplifié le mouvement en bloquant le site de distribution à l’aide de nombreux soutiens.
L’UL CGT et les représentants de Solidaires, des territoriaux, des travailleurs de chez Sidel, de Céacom et des soutiens extérieurs sont venus en appui pour bloquer. Depuis le début du mouvement le courrier était toujours distribué par des cadres réquisitionnés pour l’occasion. Ce vendredi à l’aide de ce soutien et par la force de ce blocage le mouvement prend une forme tout autre, discussion avec Sébastien Delabarre facteur à Yvetot et à la fédération Sud PTT :

« Plusieurs fois dans la journée la poste a tenté de faire des sorties, de forcer le barrage, ce qui a crée quelques tensions entre les représentants du personnel et la direction. La direction est restée sur ses positions donc les représentants de certains syndicats ont décidé de mettre leu feu à des palettes et aux pneus à l’entrée du site. Si samedi les négociations n’avancent pas, de nouveaux blocages sont à prévoir dans les jours à venir.

De notre côté on a un bon soutien de la population, surtout quand on explique qu’avec cette pause les gens vont recevoir leur courrier plus tard, quand on est artisan recevoir son courrier à 16H, 17H, ce n’est pas terrible, donc la population comprend aussi que le combat du facteur, c’est un combat pour la bonne qualité de la distribution, l’intérêt c’est d’avoir le courrier le matin.

Avec cette pause méridienne les facteurs seraient amenés à commencer la tournée le matin à 8H au lieu de 7H, obligés de faire une pause le midi, reprendre le service jusque 16H-17H. A l’heure actuelle c’est en journée continue de 7H jusque 14H00. Mais là on les oblige à commencer à 8H, à prendre une pause de 45min le midi et de finir vers 16H 16H30 et ça c’est dans le meilleur des cas parce que quand vous avez des remplaçants ou des CDD qui maitrisent moins la tournée pour eux c’est des fins de service vers 18H. Ca veut dire qu’en hiver les facteurs partiront en tournée de nuit, ils rentreront de tournée de nuit, c’est absolument inacceptable parce que quand vous circulez à vélo de nuit ce sont des conditions impossibles. Et puis, quand les gens attendent des courriers importants et que vous le distribuez vers 15H 16H, c’est un problème. En Haute-Normandie ils vont vouloir généraliser ce projet national de La Poste donc il y a un vrai enjeu à montrer que l’on ne va pas se laisser faire. La Poste est assez « intelligente » pour lancer le projet national de façon isolé département par département pour ne pas avoir trop de riposte. Elle se donne plusieurs années pour installer ce projet. Aujourd’hui il y a avait tous les autres bureaux du Havre qui étaient en grève donc ça a pris de l’ampleur ; Montivilliers, Harfleur, Le Havre principal et le Havre Caucriauville. A partir de Lundi il y a Rouen qui est le gros centre qui part en illimité aussi, à cause de 16 suppressions d’emplois, donc les agents partent en grève illimitée et il y a un autre bureau qui est sur Gisors au fin fond de l’Eure, où pareil il veulent imposer une pause méridienne donc on va faire une consultation du personnel pour voir si on peut partir en grève illimitée aussi là-bas. Il faut faire converger les luttes de manière à ce que la direction soit débordée, qu’elle ne puisse plus envoyer des cadres pour pallier à nos grèves. Il faut faire converger les luttes que ça mette le feu au maximum et qu’on puisse gagner parce qu’on sait très bien que si on fait rien d’ici deux trois ans tout les bureaux auront la pause méridienne. »