^

Notre classe

Répression syndicale

Au Havre : un militant CGT des Territoriaux jugé en comparution immédiate

Alors qu’en ce moment on nous parle avec gloire des 500 ans du Havre, les fonctionnaires de la ville, eux, en vivent une autre. Mardi 13 juin les territoriaux faisaient grève pour un revalorisation et une égalisation des salaires. Mardi 20 juin, un militant CGT été placé en garde à vue, aujourd’hui il passe en comparution immédiate. Il est poursuivi pour dégradation dangereuse par incendie.

Le 13 juin, les militants en colère avaient allumé des feux de pneus juste devant l’entrée arrière de l’hôtel de ville ce qui avait formé un énorme panache de fumée. 300 personnes avaient dû être évacuées de l’hôtel de ville par les pompiers le temps d’une heure, le temps d’aérer les lieux.

Le 20 juin un militant de 33 ans a été interpellé sur son lieu de travail. Il a été placé en garde-à-vue. Ce sont des photographies, tombées entre les mains des forces de l’ordre, qui ont permis d’identifier de "façon assez claire", selon le procureur, son implication dans les incendies de pneus qui ont suivi la manifestation du 13 juin

L’avocat de la CGT Le Havre s’est rendu au commissariat de police pour accompagner le militant. Le syndicat a organisé une manifestation de soutien devant les locaux de la police hier et cette après-midi devant le tribunal.




Mots-clés

Le Havre   /    CGT   /    Syndicat   /    Répression   /    Notre classe