^

Politique

Contre la peste et le choléra

Au lendemain de l’ultime débat : des œufs pour Marine Le Pen, des huées pour Macron

Mercredi soir, Marine Le Pen et Macron se sont écharpés dans le dernier débat télévisuel avant les résultats des élections de dimanche. Ce jeudi, après une courte nuit, les deux candidats qui effectuent leurs derniers déplacements, ont été accueillis avec des œufs et des protestations. Récit.

Crédits photos : Reuters / Stéphane Mahe

Les deux candidats ont un agenda bien chargé jusqu’à dimanche. C’est la dernière ligne droite avant le vote du second tour, alors que Macron fait toujours la course en tête, avec 61% des suffrages exprimés loin devant Marine Le Pen. Après l’ultime débat de mercredi soir, les portraits des deux candidats se sont figés. La détestation de Macron, concentré du PS et de LR, notamment dans le milieu ouvrier, est à son paroxysme, tandis que la caricature de Trump qu’a proposé Le Pen est venue renforcer ses traits les plus mensongers et racistes. Deux déplacements à haute tension.

Marine Le Pen accueillie avec des jets d’œufs

La candidate frontiste qui se rendait à Dol-De-Bretagne, en Ille-et-Vilaine, pour visiter une entreprise de transport ce jeudi matin était notamment attendue par une cinquantaine de personnes. Quelques dizaines de personnes lui avaient préparé un joli accueil. Clairement opposés à l’idée d’une arrivée de Le Pen à L’Elysée et à cette visite de la candidate dans leur région, les opposants ont crié à sa vue « dehors les fachos ! » ou encore « vous n’avez rien à faire ici, madame » tout en lançant des œufs dans sa direction au moment où elle sortait de sa voiture. Un accueil tendu pour la candidate frontiste, alors même que l’entreprise est localisée dans un canton le Front national a obtenu ses meilleurs scores de la région. En fin de journée, Marine Le Pen faisait ensuite sa dernière réunion publique à Ennemain en Picardie pour « rencontrer la France de la ruralité ». Mais encore une fois, le Front National n’est pas le bienvenu pour tout le monde : des habitants ont déployé une banderole « le FN n’est pas le bienvenu » et certains ont été bloqués à l’entrée du village pendant que la « fête populaire » commençait avec le chant de la Marseillaise entamée par environ 2 000 personnes.

Macron hué et bousculé par les ouvriers

Pendant ce temps-là, Macron en campagne, a opté pour son dernier meeting, pour Albi, ville du Tarn. Après un tour à la verrerie fondée par Jean Jaurès, Macron est allé prendre la parole sur la place albigeoise. C’est au début de sa visite de la verrerie dont Macron juge qu’il s’agit d’une « entreprise qui tourne bien et où le dialogue social entre la CGT et la direction est un modèle » que ce dernier a été interpellé par plusieurs habitants, ouvriers et syndicalistes CGT. Pendant qu’il s’est escrimé à défendre son projet de loi travail 2, les salariés ont exprimé leur colère contre ce projet de loi et sa volonté de « réformer » le code du travail. « On vous sortira par ordonnance », « Abrogez la loi El Khomri c’est une exigence », se sont exclamés les travailleurs. Ils lui ont ensuite demandé de retirer la loi El Khomri s’il souhaite qu’ils votent pour lui. Macron a une fois de plus été chahuté comme lors de sa dernière visite aux ouvriers de Whirlpool.

Ni Macron Ni Le Pen, Absention !

Une nouvelle fois, les apparitions des deux candidats sont marquées par des actions de protestation qui en disent long sur le peu d’assise sociale des deux candidats. Les scores au premier tour avec toujours moins d’un quart des suffrages est là pour l’illustrer, une colère nourrie plus généralement par un discrédit grandissant de la classe politique et d’effondrement des deux partis qui ont gouverné trente années durant. Ce discrédit, dont l’expression politique est l’abstention active se renforce, sur fond de mobilisations pour le Ni Macron, Ni Le Pen. Quelque soient les pressions au Front Républicain, pour nous, le 7 mai, c’est l’abstention !




Mots-clés

loi travail   /    Présidentielles 2017   /    Macron   /    FN   /    Politique