^

Politique

Après le « I’m feminist » de Macron en campagne…

Avec Macron, les droits des femmes en cure d’ammaigrissement

Après avoir dragué les associations féministes durant sa campagne en se la jouant « grand féministe », Macron met les associations de droits des femmes à la diète. L’austérité pour tous et d’abord pour les femmes ! Photo Christophe Archambault. AFP

Depuis quelques jours, plusieurs associations féministes s’inquiètent. Alors que le gouvernement d’Edouard Philippe annonce des coupes budgétaires pour tous les ministères, les associations de droits des femmes seraient également visées. Ainsi, le budget déjà franchement ridicule alloué aux « droits des femmes » devrait passer de 29,6 millions annuels à 20,1. Soit une économie de 25% pour un budget qui ne représente pourtant que 0,05% du budget annuel de l’État.

Le secrétariat « dément formellement le chiffre des 25 % » mais confirme « des économies nécessaires », précisant que les arbitrages seront rendus d’ici à la fin du mois. La priorité devra être donnée aux associations qui accueillent des femmes victimes de violences sexistes ou sexuelles affirme Marlène Schiappa. D’ores et déjà, certaines associations ne se sont pas vues renouveler leur budget.

L’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVTF), qui bénéficie de subventions de l’Etat depuis vingt ans, rentre apparemment dans ces prérogatives mais évoque « une situation de blocage inédite ». L’association attend toujours la signature par Marlène Schiappa de leur convention 2017-2019. Une situation qui bloque le versement de la première tranche de subventions censée lui être allouée depuis juin. Financée à 80 % par les subventions de l’Etat, à l’instar d’une vingtaine d’autres associations féministes, l’AVFT avait pourtant réclamé cette année une hausse de ses budgets.

Les associations féministes concernées ont décidé de réagir. Elles se sont réunie pour contre attaquer en publiant une tribune pour réagir et « interpeller » Emmanuel Macron.

Le secrétariat d’Etat tente de rassurer l’opinion publique et les associations en mettant en avant que les économies seront réalisées sur les frais de fonctionnement. Comprendre : les associations devront fonctionner à moindre coût et revoir leurs missions à la baisse.

Le temps du « I’m feminist », lancé hypocritement par le candidat En marche ! lors du Women’s Forum for the Economy and Society, en décembre 2016, semble loin. Celui qui affirmait faire de l’égalité hommes-femmes la grande cause nationale de son quinquennat a rangé ses promesses au profit d’une cause qu’il a décidément fait sienne : celle d’économiser 60 milliards d’euros sur le budget de l’État. Les femmes qui sont déjà les premières victimes des politiques d’austérité, se voient attaquées doublement en voyant les budgets alloués aux associations féministes déjà ridicules s’amoindrir.

Pour contrer les projets du gouvernement une campagne d’interpellation ne sera pas suffisante. Nous devons toutes et tous nous mobiliser et construire un rapport de force nécessaire pour faire reculer le gouvernement sur les différentes attaques qu’il prépare contre le monde du travail et la jeunesse et qu’il commence d’ores et déjà à appliquer. Les femmes ont leur place en première ligne de ce combat contre la politique de Macron !




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Droits des femmes   /    Politique