^

Genres et Sexualités

Messe réactionnaire

Avignon : Messe anti-IVG et homophobe enregistrée par France culture

Le dimanche 15 juillet dernier, France culture a diffusé la messe de Mgr Jean-Pierre Cattenoz comme c'est la tradition pendant le festival d'Avignon. Ce dernier s'est livré à une violente homélie anti-IVG, homophobe, anti-féministe ainsi que contre la PMA et le suicide assisté sur les ondes du service publique, diffusant ainsi le message réactionnaire de l'extrême droite sur tous les sujets sociétaux qu'elle combat.

Mgr Jean-Pierre Cattenoz n’en est pas à son coup d’essai. L’archevêque est connu pour ses positions à minima conservatrices et proche de l’extrême droite bien au-delà de son diocèse d’Avignon. Profitant de la traditionnelle diffusion d’une messe dans sa cathédrale à l’occasion du festival de théâtre le plus couru du début de l’été, l’archevêque s’est livré à une violente homélie dont l’écho a choqué les auditeurs de la station de service public France culture. La directrice des programmes, Sandrine Treiner, a même réagi dans un courrier à la conférence des évêques de France pour y rappeler le respect du à tous sur le service public.

Selon le frère Rousse-Lacordaire, chargé de programmer les messes sur l’antenne, l’acte de l’évêque d’Avignon était prémédité. C’est ainsi que ce dernier a pu déclarer que "l’avortement est le crime le plus abominable qui soit", conformément aux propos de Jean-Paul II tout en évoquant ses pleurs de la canonisation de Simone Weil il y a quelques semaines. Il n’a pas non plus hésité à comparer cette pratique avec le nazisme en niant totalement le caractère génocidaire du régime hitlérien alors que L’IVG est volontaire. Ses propos ont également visé le mariage homosexuel en réaffirmant la fameuse conception essentialisante selon laquelle "la complémentarité entre homme et femme, devant l’amour qui jaillit entre eux et débouche sur le don de la vie" serait l’unique forme d’amour possible. Il a ravalé tout amour homosexuel au rang de simple "amitié".

Mais la diatribe réactionnaire de l’évêque ne s’est pas contentée de cela. Elle a été exhaustive dans le déroulement de tout le fond de commerce de l’extrême droite et notamment en insistant sur l’anti-féminisme et en réaffirmant des positions essentialisante qui nient les différences de genre : "Je n’ai jamais rencontré de L, de G, de B, de T et maintenant de Q. Je ne connais et ne vois que des personnes humaines avec toute la richesse de leur féminité et de leur masculinité, inscrite dans leur chair et jusque dans leur être le plus profond ". La messe est dite...

Les réactions des auditeurs ont été nombreuses et près d’une centaine de plainte ont été déposées au CSA. Quand à Olivier Py, directeur du festival d’Avignon, dont la thématique cette année était orientée sur une réflexion sur le genre, féminin et le masculin (et non la femme et l’homme), il s’est montré très critique envers Mgr Jean-Pierre Cattenoz dont il qualifie l’homélie comme un condensé de "tous les thèmes chers au mouvement réactionnaire, moisi, agressif et quelquefois crypto-fasciste". Selon lui toujours, il affirme dans une interview que "ce n’est pas un prêtre qui parle mais une personne réactionnaire et d’extrême droite".

Ce piratage réussi des ondes par une frange très réactionnaire de l’église catholique, de celle qui se regroupe autour de Civitas et de la Manif pour tous, montre une extrême droite de plus en plus à l’offensive sur les sujets touchant à la famille, au féminisme, à l’IVG et à l’homosexualité, comme c’est le cas en Italie depuis l’élection de Salvini.

Crédit : capture d’écran Youtube




Mots-clés

homophobie   /    IVG   /    Genres et Sexualités