^

Genres et Sexualités

Antiféminisme du FN

« #BALANCETAPETASSE » d’un élu FN : face au #Balancetonporc, Christophe Lechevalier passe à l’apologie du viol

Pris d’un éclair de génie, Christophe Lechevalier, élu FN de la région Bretagne, à retwitté le mardi 17 octobre une photo de l’actrice française Clothilde Coureau en commentant « Prude jeune fille prête à signer un contrat dans la chambre de #Walstein » et en taguant #balancetapétasse. Une position sur le harcèlement sexuel des femmes qui s’inscrit dans une longue tradition antiféminisme du FN.

Non content de ne pas être capable d’écrire correctement le nom du producteur d’Hollywood accusé par une dizaine d’actrices d’harcèlement et de viols, Harvey Weinstein, l’élu FN s’en prend à l’actrice Clothilde Coureau ainsi que les milliers de femmes qui dénoncent actuellement avec les hashtags #metoo, #moiaussi et #balancetonporc les agressions sexuelles dont elles ont été victimes
 
Si on le prend au mot, pour Christophe Lechevalier, un décolleté légitimerait donc de traiter une femme de pétasse. Une robe courte expliquerait un viol. Malheureusement, dans une société où cette culture du viol prend encore une grande place, de tels discours sont courants. Selon Europe 1, l’homme reste étonnamment injoignable alors que dans le même temps des tweets reprenant l’hashtag #balancetapétasse, lui associant des photos d’actrices, de femmes politiques et des témoignages d’hommes qui se plaignent du comportement de leur partenaire, abondent sur la toile en mettant ainsi volontairement sur le même plan l’adultère, un style vestimentaire et un rapport sexuel non consenti.
 
Les messages associés à un autre hashtag #balancetatruie sont une réaction machiste classique qui consiste à délégitimer les témoignages des femmes. C’est la réalité d’une domination masculine qui est niée : on refuse de voir que les violences sexistes et sexuelles sont très majoritairement le fait des hommes, contre les femmes ; on s’en remet à des considérations tout aussi machistes qui refusent de voir le corps de la femme comme autrement qu’à la disposition des hommes, et leur tenue, comme autre chose que des messages à visée sexuelle, leur étant destinés.

Avec ce commentaire suggérant que la normalité de l’agression sexuelle est relative à la tenue des femmes, Christophe Lechevalier n’exprime pas autre chose que l’ADN l’antiféministe du FN.

Et pourtant, Marine Le Pen, à sa tête, n’est-elle pas une femme ? Arborant la jupe sur ses affiches de campagne ? Défendant le droit à la porter dans les « quartiers » ? Le prétendu féminisme du FN ne vaut que lorsqu’il s’agit de stigmatiser. Il n’est qu’une variante d’un discours raciste et anti-immigré. Quant au fait qu’elle occupe la tête de son parti, cela n’est du qu’à sa position de digne héritière de la PME familiale. Comme le relève Médiapart dans son MachoScop, au FN, les femmes n’ont pas vraiment leurs places – voir Claudine Kauffmann, suppléante du sénateur David Rachline, sommée de dégager pour céder sa place au troisième de liste -, ni même dignes de respect – voir Guillaume Daudin traitant des journalistes de « pintades »… De là à reconnaitre la domination masculine… (voir Frédéric Châtillon invitant à célébrer une journée de la virilité). Avec Lechevalier, le FN nous rappelle à quel point ce parti s’inscrit dans cette « culture du viol », ce truc bien de chez nous, que le hastag balance ton porc contribue en partie à révéler.
 

 
Entre Christian Lechevalier qui lance #balancetapétasse, Bruno Lemaire qui refuse de dénoncer un agresseur sexuel et Eric Zemmour qui compare les témoignages des femmes à la dénonciation des juifs, les porcs ont encore de beaux jours devant eux.




Mots-clés

#MeToo   /    Féminisme    /    Violences faites aux femmes   /    FN   /    Genres et Sexualités