^

Culture et Sport

Une vingtaine de blessés dont 3 graves

Barrière qui s’effondre à Amiens. Le président du club se dédouane en accusant les ultras

A Amiens, ce samedi 30 septembre, une barrière a cédé au stade de la Licorne. Le bilan est lourd, 20 blessés dont 3 graves. Sans même attendre la mise en place d'une enquête, le président du club d’Amiens, Bernard Joannin, a accusé en conférence de presse les Ultras Lillois d’être responsables du triste événement.

Crédit photo : beIN Sports/D.R

Ce samedi 30 septembre, pour le compte de la 8ème journée du championnat de Ligue 1, opposant Amiens à Lille, un drame est survenu au niveau du parcage Lillois. 15ème minute, Touré ouvre le score pour Lille. Explosion de joie des supporters nordistes qui ont fait le déplacement au stade de la Licorne pour encourager leur équipe. Ils se précipitent vers les barrières de séparation pour se rapprocher du buteur afin de fêter le but. Une scène comme on en voit à tous les matchs de football. Sauf que… la barrière s’écroule. Le bilan est lourd, 20 blessés dont 3 graves. Le match est alors définitivement arrêté par l’arbitre.

Des images glaçantes, qui amènent à se poser des questions. Alors que le stade de la licorne est en travaux de rénovation, comment est-il possible qu’une barrière cède ainsi ? Les installations sont elles régulièrement vérifiées ? Toutes ces questions, Bernard Joannin, président du club d’Amiens, a choisi de les balayer d’un revers de la main lors de la conférence de presse qui a eu lieu quelques minutes après le drame. Pour lui « la barrière était en très bon état » et la faute incombe entièrement aux « Ultras » Lillois.

Une déclaration ahurissante où Bernard Joannin cherche à se dédouaner de toutes responsabilités en surfant sur les amalgames les plus honteux. Non, les supporters Lillois soit disant « énervés » n’ont pas voulu envahir la pelouse ! Ils ont simplement fêté le but de leur équipe comme tout supporter dans n’importe quel stade. Cette pirouette plus que déplacée ne doit pas servir de prétexte à une énième traque aux supporters, mais elle doit au contraire poser le problème des spectateurs accueillis dans des conditions de sécurité loin d’être optimales.




Mots-clés

Lille   /    football   /    Culture et Sport