^

Genres et Sexualités

Une nouvelle affaire Jacqueline Sauvage

Battue, violée et forcée à se prostituer, Valérie a tué son mari d’une balle dans la tête

Valérie, 36 ans, a été mise en examen et écrouée le 4 octobre dernier, après avoir reconnu le meurtre de son mari que la battait, violait et forçait à se prostituer.

Restée cantonnée à une faible médiatisation, à un niveau local, l’affaire prend une nouvelle dimension suite à sa prise en charge par les avocates de Jacqueline Sauvage, fin novembre. Pour elles, « ce dossier est emblématique d’une concentration de violences physiques, sexuelles et psychologiques ayant conduit une femme victime de son époux à passer à l’acte. »

Violée par son beau-père à l’âge de 13 ans

Dans les années 90, Daniel P., chauffeur-routier, est en couple avec la mère de Valérie B. Celle-ci n’a que 13 ans lorsque son beau-père l’agresse sexuellement. Il est alors condamné à de la prison ferme. A sa sortie de détention, Valérie a 17 ans et une relation compliquée avec sa mère ; Daniel P. la séduit, l’extirpe du domicile familial et se marie avec elle. Quatre enfants sont nés de cette relation. Une vie de terreur, d’emprise et de domination pour Valérie. Durant quatorze ans, sur les vingt de vie commune, Valérie subit des violences sexuelles, des rapports forcés, des violences physiques et psychologiques, et elle est forcée à se prostituer avec des inconnus.

« Il n’a eu que ce qu’il méritait », affirme la sœur du mari violent

En octobre dernier, le petit-ami de l’une des filles de Valérie B. livre des confidences capitales à sa mère, qui dénonce les faits aux gendarmes : Daniel P., 63 ans, aurait été tué par Valérie, et deux de ses enfants l’auraient aidé à dissimuler son corps. Placée en garde à vue, Valérie passe aux aveux, désignant la commune de La Clayette comme lieu où le corps a été enterré.

Elle ne supportait plus cette vie de violences et redoutait que son mari s’en prenne à l’une de ses filles. Valérie B. est mise en examen pour « assassinat » et incarcérée à Dijon, tandis que deux de ses enfants le sont pour « recel de cadavre » et « non dénonciation de crime ».

Ses enfants la défendent et confirment les violences conjugales. Sa belle-sœur, c’est-à-dire la sœur du mari violent, la soutient également. « Il n’a eu que ce qu’il méritait et je serai prête à défendre la pauvre Valérie », avait-elle déclaré au quotidien régional Le Bien public.

Tout comme lors de l’affaire Jacqueline Sauvage, Valérie et ses enfants ont été victimes de la violence structurelle du patriarcat, et la justice agit comme une double peine. En 2016, 85 424 victimes ont déposé plainte pour coups et blessures volontaires de la part de leur conjoint ou ex-conjoint, selon une note de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon.

Les violences faites aux femmes ne sont pas que les agissements d’individus pervers, il s’agit d’un phénomène structurel qu’il s’agit de combattre collectivement.

Crédit photo : Sipa Press