Jeunesse

Lutte contre la Loi El Khomri

Blocage, interpro et manif. Paris 8 toujours mobilisée

Publié le 5 avril 2016

Correspondants

La journée de mobilisation de la jeunesse ce mardi 5 avril a été marquée par la répression, notamment contre le mouvement lycéen. Cela fait suite à plusieurs faits de violence policière contre les manifestants un peu partout dans le pays depuis le début du mouvement contre la loi Travail. Cette répression au niveau national vise à intimider et diviser. A Paris 8, la présidence a commencé depuis quelques jours à serrer les vis et à réprimer localement le mouvement. Cependant, les étudiantes et étudiants ne démordent pas et poursuivent leur lutte.

Ainsi, ce mardi était organisé un blocage de l’université pour permettre au plus grand nombre d’étudiants de manifester sans être pénalisé par des cours qui se tiennent malgré la mobilisation. Alors que depuis le début de la contestation contre la Loi El Khomri l’université a été bloquée les jours de mobilisation et toute cette semaine, que cela s’est jusqu’à présent plutôt bien passé, y compris avec la présence des vigiles, la présidente Danielle Tartakowski a décidé cette fois d’essayer d’empêcher le blocage.

Pour ce faire, elle n’a pas seulement fait appel aux vigiles ordinaires mais aussi à des « renforts ». Ceux-ci ont essayé de débloquer par la force l’université, créant des incidents avec les étudiants en lutte. La présidente n’a pas hésité à assister elle-même aux tentatives de déblocage. Peut-être voulait-elle vérifier que le travail était bel et bien exécuté ? Après quelques échauffourées mineures, les étudiants ont réussi à tenir le blocage.

Un petit matin tranquillou à Paris 8 :) avec un petit accueil sympathique par les vigiles :) cette vidéo est une dédicace Tarta <3

Posté par Paris 8 contre la loi Travail sur lundi 4 avril 2016

A la porte de l’université, des prises de parole ont eu lieu, notamment de la part de travailleurs et travailleuses de la ville et du département qui étaient venus pour participer à l’assemblée interprofessionnelle qui allait se tenir à l’université. Ainsi, ont pris la parole un salarié de L’Oréal, un enseignant du secondaire, une employée de la mairie de Saint-Denis, entre autres.

Vers 10h s’est tenu finalement l’AG interprofessionnelle où étaient présents des représentants de l’Éducation Nationale (1er et 2nd degré), de la mairie, de la RATP, des Étudiant-e-s, Doctorant-e-s, des Biatoss, du personnel de la santé, de la SNCF, des parents d’élèves.

Après l’AG, travailleurs et étudiants ont fait une petite manifestation commune dans le centre-ville de Saint-Denis avant de partir tous ensemble à la manifestation à Bastille.

La volonté d’agir ensemble et de chercher les voies de la construction de la grève générale, seule perspective capable d’imposer les revendications des jeunes et des travailleurs, est très claire. En ce sens, une nouvelle AG interpro aura lieu le 12 avril prochain et surtout la journée « fac ouverte » le vendredi 8 avril prochain, avec plusieurs activités qui se tiendront sur place et un meeting-concert « Jusqu’au bout de la grève » à partir de 19h où des représentants de plusieurs secteurs prendront la parole (SNCF, Air France, travailleurs et travailleuses du Havre mobilisés, des étudiants, des lycéens, entre autres).