^

Politique

Malgré la répression

Bordeaux Acte 9 : la mobilisation des Gilets jaunes se massifie, plus de 15 000 manifestants

Ce samedi 12 janvier, les Gilets Jaunes ont manifesté à Bordeaux pour l'acte 9. C'est une amplification de la mobilisation qui est à noter avec près de 15 000 personnes présentes.

Bordeaux, ville très mobilisée depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes a encore été le théâtre d’une large manifestation avec près de 15 000 personnes. Cette manifestation non-déclarée a eu comme point de rassemblement l’habituelle place de la Bourse à 13 H avant de commencer la marche aux alentours de 14H30. Par ailleurs un autre point de rendez-vous rassemblant plusieurs syndicalistes et ouvriers, dont ceux de Ford Blanquefort, a été établi devant le bar Le Castan à 13H avant que ceux-ci ne rejoignent le cortège des Gilets Jaunes.

La manifestation a commencé son périple de plusieurs kilomètres dans le calme au travers des rues de la ville, passant par la Place des Quinconces, la Place Gambetta avant de rejoindre la Place de la Victoire où une courte pause est marquée. Par la suite, le cortège se dirigea en direction de la gare puis se détourna soudainement de sa trajectoire afin de continuer par les petites rues autour du quartier Saint-Michel. Une forte présence policière est à noter sur le parcours et dans les petites rues adjacentes, posté en embuscade. Des premiers signes de répression prennent lieux à l’arrivée sur la place du Grand Théâtre depuis la rue Sainte-Catherine avec jets de grenades et de lacrymogènes, une personne est lourdement touchée à la tempe par un tir de Flash-ball (LBD).

À leur habitude, les Gilets Jaunes se sont ensuite dirigés vers la Place de l’Hôtel de Ville où un très lourd dispositif de répression était déployé. La répression n’a tardé à pointé le bout de son nez puisque dès l’arrivée sur la place, les manifestants ont été accueilli par des tirs de canon à eau et de gaz lacrymogène.

Une nouvelle fois, le Collectif contre les Répressions Policières était présent arborant une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Macron et ses sbires mutilent, Juppé Complice. Collectifs contre les Répressions Policières » et derrière laquelle un nombre important de Gilets Jaunes s’est retrouvé et a entonné plusieurs slogans. Rappelons que la répression policière, à Bordeaux et dans la France entière, a déjà fait de trop nombreuses victimes dont certaines gravement mutilées par des tirs de Flashballs (LBD) ou des grenades de dés-encerclement (GLI-F4).

Le dispositif policier annoncé par le premier ministre E. Philippe est donc bel et bien présent pour réprimer ceux qui tentent de s’affronter au gouvernement. Un gouvernement affaiblit, incapable d’imposer sa politique en faveur des riches de manière consensuelle, ainsi obligé de l’imposer de manière coercitive face à ce mouvement des Gilets Jaunes qui, loin de s’essouffler, se renforce de semaine en semaine.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Bordeaux   /    Politique