^

Notre classe

Quand le secteur des postiers gronde

Bordeaux : les postiers girondins en grève illimitée depuis un mois

Ce jeudi 12 avril marquera un mois complet de grève pour certains postiers girondins. On se souvient du premier jour de démonstration avec plus de 600 grévistes ! Aujourd’hui, la combativité reste de mise, et cette journée ‘’anniversaire’’ sera, on l’espère un point d’appui pour maintenir la pression sur la direction, qui poursuit son projet trop tranquillement.

Une journée importante

C’est une journée importante pour les postiers girondins. Alors que la direction a fermé, illégalement, la porte des négociations, il s’agit de démontrer que la mobilisation reste dans la tête de toutes et tous. En effet, après un mois complet de grève illimitée majoritaire dans certains bureaux, la pression financière commence évidemment à se faire sentir .Les caisses de grèves ont commencé à être versées, mais il faut poursuivre la solidarité.

Cette date du 12 avril est construite depuis plusieurs jours par les grévistes, en invitant leurs collègues ayant repris le travail, mais aussi ceux qui n’ont pas encore rejoint le mouvement, à le faire dès ce jeudi. « Il est hors de question de donner raison à la direction qui, clairement, joue le pourrissement » nous confie un gréviste.

Jusque là, c’est une grève exemplaire qu’ont mené les postiers girondins. Un fort travail syndical en amont du 12 mars, qui a été ‘remplacé par l’auto-organisation de la grève dès les premiers jours sur les piquets et pendant les Assemblées générales. Les délégations syndicales, reçues pratiquement chaque matin par la direction, sont toujours accompagnées de nouveaux postiers pour que toutes et tous se rendent compte de la réalité des négociations, pour que chacun puisse donner son avis sur la suite du mouvement. La reconduction est votée chaque matin à main levée, dans une bonne ambiance malgré la durée de la mobilisation !

Ces dernières semaines, ce sont des actions collectives qui ont vu le jour .En plus de faire des tournées dans les bureaux chaque matin, il y a pu avoir des prises de parole commune à l’intérieur des établissements, ce qui a souvent convaincu des collègues de débrayer.

Une direction ordurière

En effet, face à la mobilisation, la direction de La Poste girondine, n’a rien trouvé de mieux que de rompre les négociations, annonçant il y a quelques jours ne vouloir discuter uniquement s’il y avait reprise du travail. Une décision parfaitement illégale.
Une nouvelle preuve que La Poste ne recule devant rien. Sa direction n’en est pas aux premières méthodes litigieuses pour casser la grève. Que ce soit l’ouverture d’un bureau de tri parallèle, afin de ‘’maintenir le flux de tri’’, bureau juridiquement très flou en terme de normes et d’embauches. Ou encore recourir à l’emploi d’intérimaires pour remplacer les facteurs grévistes, ce qui est une nouvelle fois illégale !

D’autres méthodes plus ‘classique’ sont évidemment utilisées, des cadres d’autres départements viennent prêter main forte à la direction pour gérer le manque de personnel, d’autres postiers ont été obligés de venir travailler en Gironde pour l’occasion. On peut également parler des tracts que la direction distribue dans les bureaux pour décrédibiliser la grève et appeler à la reprise du travail…
Vis à vis de tous ces agissements, courants à La Poste, les grévistes ont pu interpeller le PDG de l’entreprise lors d’une cérémonie d’inauguration de ‘’l’Hôtel logistique Urbain’’, à Bacalan, nouveau bâtiment de gestion des colis.

(D’autres vidéos sont disponibles sur le facebook de Sud PTT Gironde

Convergence toujours présente

Les facteurs en grève reçoivent beaucoup de soutien, mais en renvoient encore plus ! Les moments de convergences ne se comptent plus, que ce soit le 3 avril, premier jour de la grève cheminote, ou ce lundi 9 avril, nouvelle fois à l’Assemblée générale inter-pro devant la gare.

Ce jeudi 12 avril, il faudra être nombreux pour soutenir, cette lutte exemplaire des camarades postiers, mais aussi par la suite si le mouvement décide de reconduire.
Une lutte qui a d’ailleurs éveillé d’autres mouvements nationalement, car cette problématique de réorganisation touche évidemment tous le monde. Après plus d’un mois de bataille locale, une solidarité nationale, sur les même thématiques seraient la bienvenue !




Mots-clés

Grève   /    Bordeaux   /    La Poste   /    Notre classe